Législatives : le PS décroche la majorité absolue

Philippe Regnier Gil Durand

dimanche 17 juin 2012, 21:49

Et maintenant, gouverner ! Le PS remporte une large victoire et obtient à lui seul la majorité absolue. Seule ombre au tableau : le retour du FN à l'Assemblée nationale. Le minute par minute de la journée et vos questions dans le 11h02

Le PS français a largement confirmé au second tour des législatives, ce dimanche, son succès électoral du premier tour et de l'élection présidentielle. Fort de ces résultats inédits depuis 1981, le nouveau pouvoir en France est donc placé face à ses responsabilités. Le président Hollande l'avait promis ; il est désormais attendu sur des actes : sur le front de la renégociation du traité d'austérité budgétaire européen, des politiques en faveur de la jeunesse ou encore de la réforme fiscale.

Du côté des « matchs » électoraux les plus scrutés, on notera les échecs :

– de Ségolène Royal (PS) à La Rochelle où elle était opposée au candidat dissident socialiste Olivier Falorni ;

– de François Bayrou (Modem), battu dans la 2e circonscription des Pyrénées-Atlantiques et qui, reconnaissant qu'il avait « perdu une bataille », a annoncé qu'il allait « changer la forme » de son engagement politique mais sans renoncer ;

– de Nadine Morano (UMP), nettement battue dimanche par son adversaire socialiste Dominique Potier, dans la cinquième circonscription de Meurthe-et-Moselle, où elle était élue depuis 2002 ;

– de Jack Lang (PS), l'ancien ministre, battu dans les Vosges ;

– de Michèle Alliot-Marie (UMP), députée sortante et ancienne ministre, battue en Pyrénées-Atlantiques.

A l'inverse, on retient les victoires :

– de Gilbert Collard, élu dimanche député du Front national dans la 2e circonscription du Gard, qui a dit vouloir « faire entendre la voix d'un peuple qui en a assez », et exercer à l'Assemblée nationale « une mission de casse-couille démocratique » qui « ne laissera rien passer » ;

– de Marion Maréchal-Le Pen, 22 ans, petite-fille de Jean-Marie et nièce de Marine Le Pen, a été élue à Carpentras.

Deux bonnes nouvelles pour le Front national, qui effectue son retour depuis 1998 dans l'hémicycle. Mais Marine Le Pen raterait de justesse le podium à Hénin-Beaumont face à Philippe Kemel. Officiellement battue de quelques voix, la cheffe de file du parti a demandé un recomptage des votes.

Gil Durand, Philippe Regnier