En chair ou en os

Rédaction en ligne

jeudi 16 juin 2011, 12:00

La version italienne de « Vogue » consacre sa couverture de juin aux trois bombes de la mode grande taille. De quoi en mettre plein la vue…

En chair ou en os

DR

Souvenez-vous… Brigitte Bardot, dans les années soixante. Cette femme au sommet de sa beauté, dont les formes généreuses faisaient exploser le cœur des hommes. De tout temps, les sex-symbols ont existé. Il y en a eu pour tous les goûts. Brune, blonde, rousse… Pulpeuse, angélique, naturelle, sophistiquée… Après une longue période d'attraction pour l'absence totale de forme sur le corps féminin, il semble que les femmes un peu plus en chair soient remises à l'honneur. Trois bimbos bien en chair font la une du Vogue italien de ce mois de juin.

Et Dieu créa la femme

La fille dans les magazines a toujours été l'objet de tous les fantasmes. Hier, la pin-up en maillot de bain, incarnant la femme dans toute sa chair, phénomène BB. Aujourd'hui, la femme est d'os, version Kate Moss. Celle-là même qui joue les brindilles sur les podiums, au risque de s'envoler un jour. Celle-là encore, qui fascine, parce qu'elle offre le fantasme d'un corps, l'envie des femmes, le désir des hommes… et parfois le dégoût de l'un ou l'autre. La société impose la minceur et on en redemande, parce que l'idéal d'un modèle féminin à toujours existé, sous quelles que formes qu'il ait pu se présenter. Malheureusement, il faut avouer que de plus en plus souvent, la minceur est poussée à son paroxysme. Comme si on essayait sans cesse de repousser un peu plus les limites des standards de mode. Dernier exemple en date : le Jury de déontologie publicitaire (JDP) qui a prié la marque française The Kooples de cesser toute publicité qui valoriserait l'extrême maigreur.

Vogue change la donne

La version italienne de Vogue lance en couverture de ce mois de juin trois bombes de la mode grande taille. De quoi discuter le bout de gras. Les trois pin-up, photographiées par Steve Meisel, ne sont autres que les stars de la mode XXL : Tara Lynn, Candice Huffine et Robyn Lawley.

Dans son dossier « Belle Vere » (les vraies beautés), l'Italie remet au goût du jour de jolies femmes élevées à la pasta di mamma, gorgées de soleil (même si les clichés sont en noir et blanc), sur fond d'une Italie pulpeuse et sensuelle, un brin provocatrice, arborant une lingerie raffinée, taille 44… Enfin, quand tissu il y a. Elles sont belles, indéniablement. Tout est mis en œuvre pour qu'elles le soient. Qu'on ne vienne pas dire qu'elles n'ont pas eu droit à leur petite retouche Photoshop pour accentuer leur côté Sofia Loren. Car oui, le pire, c'est qu'il y a toujours matière à jalouser. Ma che ? Même pas une petite surface de cellulite ?

Peu de magazines s'étaient déjà lancés sur cette voie. V Magazine en 2010 et en France, Elle qui a édité ces deux dernières années un « Spécial Rondes ». Franca Sozzani, rédactrice en chef du Vogue italien, a expliqué sa démarche dans un communiqué : « Les femmes généreuses sont de retour dans toute leur splendeur. L'exubérance d'un corps aux formes arrondies a beaucoup plus d'allure et est plus sexy ». Il y a quelques semaines, elle lançait une pétition en ligne contre les sites pro ana (pro anorexiques).

Alors bon, démodé le look affamé ? Pas si sûr. Il y aura certainement toujours autant de détracteurs de la maigreur (et à raison) que de gens qui l'idolâtrent. Tous les goûts sont dans la nature, paraît-il. D'ailleurs, on en invente chaque jour de nouveaux.

Jennifer Persoon (st.)