Les bars à sourire : des dents blanches, à quel prix ?

Marie-Noëlle Vekemans

jeudi 11 août 2011, 12:35

Les centres de blanchiment dentaire éclosent un peu partout en Belgique. Un business qui fait grincer des dents la section francophone de la Société de médecine dentaire qui craint les dérives.

A force d'admirer les sourires immaculés des vedettes du petit et du grand écrans, certain-e-s d'entre vous aspirent à une dentition pleine d'éclat. D'autant plus qu'une bouche rutilante aurait des bienfaits thérapeutiques inattendus (http://www.lesoir.be/lifestyle/sante/2011-07-07/des-dents-saines-ameliorent-la-fertilite-849651.php).

Pour améliorer l'esthétique de vos dents, une solution - le blanchiment - mais deux méthodes - soit chez un dentiste soit dans un bar à sourire. Ce nouveau concept commercial remporte un franc succès. Il vous en coûtera 79 euros, pour une séance, et 20 minutes de votre temps. Mais est-ce vraiment le seul prix à payer ?

Michel Devriese, président de la section francophone de la Société de médecine dentaire (SMD) ne voit pas cette pratique d'un très bon œil. Il redoute que ces commerçants abusent de la naïveté des gens et jouent avec leur santé. Selon un collaborateur de Planet Smile, une enseigne de bars à sourire, il n'en est rien. Le moins que l'on puisse dire, c'est que les avis des deux hommes divergent.

Médecine VS commerce ?

Pour Michel Devriese, le problème principal est la pratique du blanchiment dentaire par des non-professionnels. “ Les bars à sourire vendent du rêve. Ils surfent sur la vague de l'esthétique et je crains certaines dérives. Dans les bars à sourire, vous trouvez des vendeurs pas des dentistes. Il y a une différence entre une pratique commerciale et une pratique médicale “.

Du côté de Planet Smile, on confirme qu'il s'agit bien d'un business et qu'aucun acte médical n'est posé sur le client. “ Cependant, nos hôtesses reçoivent une formation sérieuse et adéquate afin de conseiller au mieux les clients et de répondre à toutes leurs questions “ précise le collaborateur.

Une histoire de guerre de marché ?

“Certains dentistes critiquent notre action sûrement parce que nous leur prenons un peu de leur clientèle “ explique le collaborateur du bar à sourire.

Selon le président de la SMD, “si le blanchiment des dents fait bien partie de l'arsenal des dentistes, ils n'en ont pas besoin pour vivre “.

Des produits sans danger ?

Michel Devriese se pose des questions quant à la légalité des produits utilisés dans les centres de blanchiment dentaire. Il rappelle que les produits contenant du peroxyde ne peuvent dépasser 0,1% de concentration du produit oxydant. Les dentistes, en tant que professionnels, utilisent quant à eux une concentration plus forte (jusqu'à 6%) ce qui garantit un meilleur résultat. “ Le peroxyde n'est pas un produit à mettre entre toutes les mains. Il peut causer des dommages plus ou moins graves aux muqueuses buccales s'il est mal appliqué. Les dentistes isolent bien la bouche et utilisent des gouttières adaptées pour éviter tout débordement » confie-t-il.

Pour le collaborateur de Planet Smile, aucun souci à ce niveau-là. Il assure que le produit utilisé ne contient pas de peroxyde. “ Nos produits et nos installations sont tout à fait légaux. Il est possible de blanchir les dents sans peroxyde. Il se produit une réaction chimique qui va avoir un effet éclaircissant sur la denture” assure-t-il. Il ajoute que s'il existe des risques à utiliser des produits oxydants, ces risques sont encore plus grands chez les dentistes puisque leurs produits sont plus concentrés.

« Zéro peroxyde égale zéro effet » affirme Michel Devriese “Il faut des produits oxydants pour réussir à blanchir une dent “.

Présence ou absence de diagnostic, quelle différence ?

Avant une séance de blanchiment dans un bar à sourire, l'hôtesse vous posera quelques brèves questions au sujet de votre sensibilité dentaire ou d'un éventuel problème de bouche plus conséquent. “ Nous ne blanchissons pas les dents de tout le monde. Si une personne souffre de gingivite, par exemple, nous lui conseillerons de s'adresser à son dentiste pour se faire soigner “ déclare le collaborateur.

“ Les dentistes réalisent des blanchiments dentaires mais pas sur tous les patients qui le souhaitent. Un diagnostique préalable est nécessaire afin de repérer les contre-indications éventuelles “ explique Michel Devriese “Parfois, rien qu'un détartrage et un polissage permettent d'améliorer l'aspect des dents. Et cela, seuls les dentistes peuvent le faire “.

Le président de la SMD précise également que le blanchiment ne donnera pas un résultat uniforme sur des dents réparées. Il recommande donc un diagnostique sérieux permettant de déceler facettes, prothèses et autres réparations afin d'éviter un effet multi teintes inesthétique.

Et le service “ après-vente “ ?

Michel Devriese entendu des échos négatifs de personnes souffrant de brûlures des lèvres ou des muqueuses de la bouche après une séance dans un centre de blanchiment dentaire.

Du côté de Planet Smile, le collaborateur affirme “ n'avoir jamais eu vent d'incidents majeurs ou de plaintes de clients après un passage par nos installations. Si le cas se présentait, je conseillerais à la personne de s'adresser à son dentiste puisque nos centres ne pratiquent pas de médecine dentaire “. Selon lui, si un problème survient parce que le client n'a pas respecté les consignes d'utilisation, il en va de sa responsabilité.

Pas évident, pour des non-initiés, de s'y retrouver face à des propos aussi contradictoires. Le choix est laissé à chacun … celui d'être client ou patient.