Le « Barbeton », le nouveau bar de Frédéric Nicolay

Rédaction en ligne

jeudi 22 décembre 2011, 16:53

Frédéric Nicolay a encore frappé (un bar). Mais cette fois, c’est un bar en béton que le Bruxellois nous invite à découvrir dans le quartier Dansaert. Superficie : 115 m2. Ouverture prévue en janvier.

Le « Barbeton », le nouveau bar de Frédéric Nicolay

©Thienpont

Le concept du « Barbeton » est-il aussi solide que les Mappa Mundo, Belga et autres cafés-concept sur lesquels l’homme a bâti sa réputation ? Le dernier-né des cafés Nicolay est conçu autour d’un élément central : son comptoir en béton façonné d’un bloc par une technique de coffrage.

Pourquoi la rue Dansaert, quasiment sur le canal ? Le choix de l’emplacement s’est fait par opportunité. « A la base, l’endroit devait se transformer en librairie par l’enseigne Filigranes, mais ils se sont désistés. J’ai alors appris par hasard que le lieu était un ancien bar. C’est ensoleillé et bien placé, je me suis dit que ce serait bien d’un peu réhabiliter le quartier ».

Nicolay se donne comme challenge d’apporter de la nouveauté et du moderne dans un quartier peu fréquenté, mais l’homme a la chance de comprendre le fonctionnement. « Ça me demande de l’énergie et des efforts, mais avec un peu d’imagination et d’expérience, tout devient possible. » Et cette imagination lui vient de sa curiosité, de sa volonté de faire des choses, de se bouger. « C’est gai de rencontrer des gens, d’avoir des idées et de pouvoir les concrétiser, je suis chanceux de pouvoir vivre comme ça. »

Pour lui, il n’y aura pas de concurrence avec le « Walvis » situé à proximité. « Le monde amène le monde donc l’un apportera à l’autre et inversement, mais il existe bien un public. » Accusé par certains de participer à la gentrification du quartier, Frédéric Nicolay s’insurge : « C’est un grand n’importe quoi. C’est me donner beaucoup de pouvoir que de penser ça. Pour moi, Bruxelles a commencé à se développer avec l’arrivée de la Commission européenne et il y a encore beaucoup à faire. Le développement urbanistique, la réfection des trottoirs participent davantage à ce phénomène de gentrification. »

Comme pour la vingtaine d’autres bars qu’il a créés, Frédéric Nicolay ne compte pas gérer le « Barbeton ». Après son lancement, prévu courant janvier.

V.W. (st.)