Olivier Strelli proche du dépôt de bilan

Rédaction en ligne

jeudi 07 juin 2012, 15:22

Olivier Israël, le fils fondateur de la marque de prêt-à-porter, qui avait repris la société alors en pleine difficulté, n’a pas réussi son pari de redresser la situation.

Olivier Strelli proche du dépôt de bilan

DR

La société Nissim SA, qui possédait la licence d’exploitation de la marque Strelli, a introduit une requête devant le tribunal de commerce de Bruxelles pour suspendre la réorganisation judiciaire qui courait jusqu’au 24 juillet 2012, rapportent L’Echo et De Tijd. L’étape suivante devrait être le dépôt de bilan.

« Nous avons réussi à payer le personnel et les charges sociales, nous nous sommes battus jusqu’au bout pour sauver les baux », a plaidé Jeanine Windey, l’avocate de Nissim.

Au final, malgré l’intérêt de différentes parties, une seule offre de reprise aura été faite par une société française. Celle-ci portait sur 4 des 22 magasins et 8 des 50 employés.

Le premier chiffre avancé par les Français était de 100.000 euros, une offre doublée par la suite, mais bien en deçà de l’estimation la plus basse faite pour ces quatre boutiques, soit 525.000 euros, précise Olivier Israël.

« Je ne veux pas brader la société », a déclaré Olivier Israël, précisant au passage qu’il préférait encore qu’un curateur soit nommé pour liquider les actifs.

(Belga)