Coca-Cola joue avec les caméras de surveillance

GAELLE MOURY ET ADRIENNE NIZET

mardi 12 juin 2012, 20:26

La nouvelle pub de Coca-cola met en scène des gens dans leur vie quotidienne, compilant des images de caméras de surveillance. Les réactions qu'elle suscite sont contradictoires : certains l'aiment, d'autres beaucoup moins…

Je l'aime déjà

A peine en ligne, la nouvelle publicité de Coca-Cola est décriée. Qu'y voit-on ? Des moments de bonheur, petits et grands, saisis sur le vif par des caméras de surveillance. Les images sont belles (un baiser soudain), touchantes (un enfant étreint), parfois rigolotes (un balayeur fou).

Ce qui gêne ? Que le géant capitaliste nous rappelle que Big Brother est partout, se moquant de notre vie privée ? Sans doute.

Mais il me semble que l'essentiel, le message de Coca-Cola (aussi géant capitaliste soit-il) est ailleurs. Ce que dit ce court film, c'est « Il y a ça aussi ». Bien sûr les caméras de surveillance captent des actes de vandalisme, des méfaits, des abus.Bien sûr. Mais dans tout ce chaos, elles captent aussi du bonheur, du vrai, sans artifice. Et, le temps d'une pub (d'un Coca ?), arrêtons-nous là-dessus. Voyons le verre (de Coca ?) à moitié plein.

Focalisons-nous sur ces belles images, même volées. Et ça ne me semble pas inutile de le rappeler. Pour info, regardez les statistiques concernant la déprime des Belges dans « Le Soir » de ce matin… Un peu d'espoir n'est pas malvenu, si ?

Et puis, tant qu'à faire de les utiliser (et c'est là un autre débat), autant que ces caméras rendent éternels ces moments-là, non ?

J'aime pas

Coca-Cola nous observe pour mieux nous convaincre ? C'est sans doute l'impression qu'on a après avoir vu la nouvelle pub de la multinationale.

N'est-ce pas là le début d'une dérive à la Big Brother ? Est-ce normal qu'une compagnie utilise ainsi l'image de parfaits inconnus pour faire vendre ?

Intrusive, cette pub l'est sans doute. En effet, est-ce que deux amoureux s'embrassant sur un banc ont réellement envie de se retrouver vus par des milliers de personnes ? « Coca-cola, open happiness ! ». C'est l'argument, et tout le programme de la multinationale.

Mettre en scène des gens heureux, ceux-là dont on dit traditionnellement qu'ils n'ont pas d'histoire. Avec ces images volées, la firme veut nous faire croire l'inverse, et c'est long comme un jour sans fin.

« La stratégie de communication de Coca-Cola n'a jamais été de montrer des images malheureuses », fait à juste titre remarquer Julien Pieret, membre de la Commission Justice de la Ligue des droits de l'homme. Et puis, ça prouve en quelque sorte que les caméras de surveillance sont entrées dans notre quotidien… « C'est vrai que ça participe sans doute à la banalisation et à l'acceptation des caméras de surveillance. Mais elles n'ont pas besoin de ça, elles sont déjà bien ancrées dans nos habitudes de vie ! » assure Julien Pieret. « Il y a une accélération technologique, voir des images des caméras de surveillance sur Twitter et Youtube, c'est monnaie courante ! » continue-t-il. Mais il ne faut pas oublier que « les caméras de sécurité n'ont jamais démontré aucune efficacité en tant qu'outils de sécurisation. Elles sont utiles pour plein de choses mais pas pour ça ! »

Sécurisation, non, banalisation, oui, avec cette CCtv de Coca-Cola.