Déjeuner sur l’herbe en pull-over à Milan

Rédaction en ligne

dimanche 24 juin 2012, 17:18

Bottega Veneta, Salvatore Ferragamo et Vivienne Westwood ont défilé dimanche, au deuxième jour des défilés de prêt-à-porter masculin printemps-été 2013.

Déjeuner sur l’herbe en pull-over à Milan

Veneta © AFP

Bottega Veneta fait mouche avec « une collection inspirée du pull-over, un vêtement très simple qui s’enfile par la tête », selon les propres mots du styliste-maison Tomas Maier. « C’est une pièce qui se retrouve dans les cultures traditionnelles et contemporaines du monde entier », souligne-t-il.

Lundi

Ce sera au tour de Emporio Armani, John Richmond, Gucci, Etro, Moschino, Missoni et Fendi de présenter leurs collections.

On commence par une série de tenues chocolat : tunique aérienne, pantalon étroit, pull avec zip dans le dos ou sur les côtés (c’est plus facile à enfiler et on peut s’aérer !). Comme toujours chez Tomas Maier, le diable est dans les détails : petites franges indiennes, lacet de poncho au niveau de l’encolure…

Les superpositions jouent avec la silhouette, les capuches volent sous le souffle de la brise… Tiens, un blouson de peau rouge : parfait pour attirer les regards ! Le pull qui s’arrête à mi-torse donne des airs de torero. Les matières sont luxueuses : chiffon de soie, organza, crêpe de chine, soie parachute…

Pour les rendez-vous d’affaires, le costume est minimal : veste courte et cintrée même quand elle est croisée. Pour les plus audacieux, une série de costumes à motifs imprimés (des fleurs, des fleurs, des fleurs) visibles en transparence à travers un voile. Fraîcheur estivale.

Le marin d’eau douce est entièrement vêtu couleur crème avec une rayure sombre de ci-delà. Comme toujours, le cuir, spécialité maison, est présent partout : cabas, sacs discrets, chaussures fluides remontant sur la cheville… ou même une simple ceinture en daim vieilli qui souligne la taille.

Flashy Ferragamo

Autant la palette de couleurs chez Bottega Veneta reste sobre, autant Salvatore Ferragamo n’hésite pas à recourir à des couleurs acidulées très flash à la David Hockney : orange vif, rose fluo, bleu Pacifique, vert menthe…

C’est la fête ! Même les costumes s’y mettent : une veste orange hyper-cintrée surmonte un pantalon immaculé. Attention aux éclaboussures ! La veste se fait tricolore à coups de gros pinceau : gris-jaune-blanc. Même les vestes blanches s’ornent elles aussi d’une touche fluo au niveau du col et des épaules. Un imperméable orange légérissime aux coutures blanches apparentes semble avoir été taillé dans la voile d’un trois-mâts. Ca sent la mer… Le vent s’engouffre entre les mailles des pulls transparents.

Plus sage, le pantalon à rayures grises et rose pâle pour un cocktail en terrasse. Pour ne pas se perdre en excursion sur la montagne, un trench rouge vif fera l’affaire.

Westwood entre folie douce et perfection

C’est toujours une folie douce mâtinée de perfection sartoriale qui règne chez Vivienne Westwood. La styliste britannique s’est inspirée du « Déjeuner sur l’herbe » de Manet pour cette collection où les taches d’herbe sur le tissu blanc font figure de fil rouge.

Les mannequins, tels des modèles du Caravage, ont les cheveux ornés de couronnes de fleurs et de fruits. Un T-shirt reproduit d’ailleurs la fameuse corbeille de fruits de Michelangelo Merisi : une forme de clin d’oeil-hommage au peintre maudit.

La fantaisie fuse : la queue de pie a perdu sa queue, la tunique-robe en maille offre un décolleté plongeant sur les pectoraux, le gilet se mute en cache-coeur, la grosse chaîne dorée de rappeur (vue aussi chez Versace) s’exhibe…

Plus sage, le petit costume de coton à fines rayures blanches et bleu ciel rappelle les collégiens anglais. La peau laiteuse se cache sous des chapeaux de pailles, les couleurs foisonnent : pêche, lie-de-vin, tartans improbables… Le bermuda se porte sans complexe avec une chemisette et un noeud-papillon : le chic anglais est intemporel.

(afp)