Anna Piaggi, icône excentrique de la mode, s’en est allée

ANNE-SOPHIE LEURQUIN

mardi 07 août 2012, 18:22

Anna Piaggi, connue pour ses tenues excentriques, ses cheveux bleu pâle et ses articles dans le Vogue italien, est morte ce mardi à l’âge de 81 ans. Une figure iconique de la mode s’est éteinte.

Anna Piaggi, icône excentrique de la mode, s’en est allée

©AP

Maquillée comme une voiture volée, une mèche bleu pâle s’échappant d’un haut-de-forme de velours noir porté de biais sur un foulard vert. Cols amidonnés façon Karl Lagerfeld dont elle était l’amie et la muse, plastrons, gilet de mohair que n’aurait pas renié Anne Sinclair, accessoires multicolores… Anna Piaggi ne reculait devant aucune audace. L’extravagance était sa signature. Bien avant les Lady Gaga et autres Katy Perry, cette incontournable figure des défilés était connue pour ses tenues singulières, son maquillage outrancier et ses cheveux bleu. Mais aussi pour ses chroniques dans le Vogue italien, auquel elle a collaboré pendant 23 ans.

Cette icône iconoclaste rendait chacune de ses apparitions inoubliables. Amie des stylistes, elle contribua au retour du vintage dans le monde de la mode, redonnant ses lettres de noblesse aux vêtements anciens qu’elle combinait à sa manière.

Née à Milan en 1931, Anna Piaggi y est décédée ce mardi. Elle débuta sa carrière en travaillant pour le magazine de mode « Arianna », le tout premier journal pour femmes italien, dans les années 60. Mais c’est surtout comme collaboratrice de « Vanity » ou de « Vogue » que la rédactrice s’est fait connaître. Ses doubles pages dans l’édition italienne du magazine, sorte de collages d’inspiration, étaient lues par toute la profession.

En 2006, le Victoria & Albert Museum de Londres lui avait rendu hommage avec une exposition intitulée « Anna Piaggi, Fashion-ology » – que l’on peut aujourd’hui retrouver dans le livre « Algèbre de la mode », publié en 1998 par Anna Piaggi aux éditions Thames & Hudson. Selon le musée, sa collection personnelle s’étendait à 2.865 pièces de prêt-à-porter et couture et 265 paires de chaussures. Il faut dire qu’Anna Piaggi ne portait chacune de ses tenues qu’une seule fois en public.

Sur Twitter les réactions des personnalités du monde de la mode à son décès ne se sont pas fait attendre. Anna Dello Russo, une rédactrice transalpine aussi excentrique que son aînée, a tweeté : « Tu me manqueras toujours Anna Piaggi!!! » L’effeuilleuse burlesque américaine Dita Von Teese, pour qui l’extravagance n’a pas plus de secrets, a quant à elle écrit : « Tellement triste pour Anna Piaggi, une de mes dernières icônes de beauté et de mode n’est plus. Elle était le sommet de l’excentricité glamour.X ». Franca Sozzani, la rédactrice en chef du Vogue italien, a également tenu à rendre hommage à sa collaboratrice sur son compte Twitter : « 23 années passées à travailler ensemble, des millions de chroniques réalisées ensemble. Je me souviendrai toujours de toi, Anna. »

Un oiseau rare s’en est allé.