Hollande et Trierweiler : des baigneurs normaux ?

Rédaction en ligne

vendredi 10 août 2012, 17:38

En couverture du VSD, le couple présidentiel se baigne sur une plage varoise. Lui en short, elle en bikini. Normal. Sauf que la Première dame aurait tenté de faire retirer la photo...

Hollande et Trierweiler : des baigneurs normaux ?

Entre bain de mer et bain de foule, le président français et sa compagne passent leurs vacances dans le Var, en soignant leur image de vacanciers lambda. Les paparazzis ne sont jamais bien loin. En une du VSD de ce vendredi 10 août, le couple avance dans l'eau. François Hollande a retiré ses lunettes. Il a de l'eau jusqu'aux genoux, juste sous son long bermuda bleu. Valérie Trierweiler lui tient le bras et semble s'équilibrer de l'autre. Elle est en bikini noir. La légende n'est pas des plus flatteuses: "Normaux jusqu'au bout du maillot".

Que des célébrités soient photographiées en maillot sur une plage l'été et que les clichés fassent les choux gras des magazines people, rien de nouveau sous le soleil. Ce qui l'est davantage, c'est que la Première dame ait tenté de faire pression auprès du rédacteur en chef pour qu'il ne publie pas cette photo du couple en maillot de bain. Dans son édito, le rédacteur en chef adjoint, Mathieu Janain, s'en étonne : « Au moment où nous bouclions ce numéro, nous avons reçu un coup de fil d'un “confrère” très proche de la première dame. Valérie Trierweiler, nous expliquait-il, allait nous traîner en justice si nous publiions des photos d'elle et de François Hollande se baignant à Brégançon. »

Un nouveau revers pour la compagne du président, après le tweet contre Ségolène Royal. L'éditorialiste du VSD s'insurge : « De toute évidence, Valérie Trierweiler continue de penser qu'elle peut régenter les médias. »

Dans une de ses chroniques pour « Paris Match », Valérie Trierweiler profitait de la sortie d'une biographie sur Eleanor Roosevelt pour souligner qu'outre-Atlantique, « une First Lady journaliste n'est pas une nouveauté ». L'épouse du président américain signait des chroniques quotidienne intitulées « My Day », dans lesquelles elle racontait sa vie à la Maison Blanche. Un modèle pour la Première dame de France qui semble visiblement s'identifier à son alter ego américain : « Non seulement l'ensemble de la presse américaine n'y voit pas matière à polémique mais, au contraire Eleanor devient, grâce à cette chronique qu'elle tiendra jusqu'à sa mort, extrêmement populaire. Le « New York Times », le « Washington Post » et bien d'autres journaux -prestigieux saluent leur « nouvelle consœur ». Un livre qui -devrait passionner les journalistes français, et pas seulement… », conclut Valérie Trierweiler.

Hasard du calendrier, les journalistes français ont plutôt pointé les mauvais chiffres de vente du livre sur la campagne de François Hollande cosigné par sa compagne. Selon le site edistat, seuls 1.174 exemplaires ont été vendus... Selon des chiffres que se sont procurés les journalistes du HuffPost, le livre se serait vendu à 656 exemplaires... Valérie Trierweiler a encore du chemin avant de devenir populaire... En bikini ou non.

ASL