Quoi de neuf, Docteur ?

vendredi 06 avril 2012, 11:26

Le sexe est un sujet d'interrogation permanent pour nos amis les scientifiques. Avec, parfois, quelques découvertes inattendues à la clé. Et une constatation : on ne s'embête pas dans les labos.

Quoi de neuf, Docteur ?

Mickey Rourke et Kim Basinger dans 9 semaines et demi Photo : DR

Par Didier Dillen Paru dans Victoire le 31/03/2012

Des bougies et du plaisir en plus ?

La fréquence des galipettes a beau diminuer avec l'âge, la satisfaction sexuelle semble par contre avoir tendance à augmenter avec le nombre des années. En tout cas chez les femmes. C'est la sympathique conclusion d'une étude menée par des chercheurs de l'Université de Californie avec l'aide du ministère américain des anciens combattants (ça ne s'invente pas !). Dans cette étude, 806 femmes âgées en moyenne de 67 ans ont répondu à des questions parfois très intimes sur leur activité sous la couette (ou devant la télé) : fréquence des rapports, niveau de satisfaction, fréquence de l'orgasme… Premier résultat intéressant, la moitié de ces femmes ont eu des relations intimes dans le mois ayant précédé l'enquête. Et parmi celles qui s'envoient en l'air ou se masturbent régulièrement, elles sont 67 % à connaître l'orgasme à chaque fois ou presque ! Mieux, parmi les femmes qui n'éprouvent apparemment pas de problème pour accéder au septième ciel, 47,5 % appartiennent au… quatrième âge. L'étude constate par contre que les femmes plus jeunes ont plus de désir en moyenne, mais que cela ne rime pas toujours avec plaisir, au contraire. Côté sexe, vieillir n'aurait donc pas que des désavantages.

Tu pleures, je débande !

Les chercheurs ont parfois des idées farfelues. Exemple, une équipe de neurobiologistes israéliens s'est mise dans la tête de connaître l'influence des larmes d'émotion sur le comportement ! Et ce qu'ils ont découvert est assez étonnant. En faisant respirer à des volontaires masculins tantôt des larmes de femmes, tantôt une simple solution saline reproduisant les premières, ces chercheurs se sont aperçus que la libido de leurs cobayes chutait de manière assez caractéristique en présence des véritables larmes ! Non seulement les volontaires à qui l'on présentait des visages féminins jugeaient ceux-ci moins attirants après avoir sniffé des sécrétions lacrymales, mais les larmes faisaient également chuter leur taux de testostérone ainsi que leur tension artérielle, deux indicateurs de l'excitation sexuelle. Les chercheurs ont également observé des baisses de l'activité cérébrale situées dans les zones généralement associées au désir sexuel et ce, alors même que les hommes testés étaient en train de regarder les scènes les plus caliente du film « 9 semaines et 1/2 » ! Difficile ceci dit de tirer des conclusions d'une étude réalisée seulement sur vingt-quatre volontaires. Selon toute vraisemblance, ce phénomène serait tout de même dû à un composé chimique inodore non identifié jusqu'ici. À quoi sert-il ? Est-il spécifique aux femmes ? On le saura peut-être bientôt.

Rouge désir

Si les larmes semblent avoir le don de refroidir les ardeurs masculines, il en va tout autrement de la couleur rouge. En soumettant à nonante-six hommes une batterie de photos de femmes portant des vêtements de différentes couleurs, deux psychologues américains de l'Université de Rochester se sont aperçus que ces hommes jugeaient les femmes en rouge systématiquement plus attirantes que lorsqu'elles portaient les mêmes vêtements mais d'une autre couleur. Bref, le rouge pourrait bien être un « piège à mâles ». Entre moult autres choses, bien entendu. Mais la réciproque semble vraie aussi. Plusieurs expériences l'ont montré : les femmes jugent les hommes arborant un T-shirt rouge ou présentés sur un fond rouge plus sexy. Elles leur attribuent aussi un rang social plus élevé. Conclusion, pour séduire, habillez-vous en Père ou en Mère Noël !