La teneur en sel dans les fast-food varie selon les pays

Rédaction en ligne

lundi 16 avril 2012, 19:02

La quantité de sel contenue dans les aliments vendus par les chaînes de restauration rapide varie de manière significative d'un pays à l'autre, selon une étude publiée dans la revue médicale The Canadian Medical Association Journal.

La teneur en sel dans les fast-food varie selon les pays

Mathieu Golinvaux (st)

“Nous avons constaté une variation importante de la teneur en sel des produits vendus par les grandes chaînes internationales de restauration rapide”, écrit le Dr. Norman Campbell, chercheur de l'université de Calgary (Alberta, ouest du Canada).

Cette étude, conduite par une équipe internationale, s'est penchée sur la teneur en sel de 2.124 aliments vendus par six chaînes de restauration rapide - Burger King (Hungry Jack's en Australie), Domino's Pizza, Kentucky Fried Chicken, McDonald's, Pizza Hut et Subway. Les chercheurs ont analysé petits déjeuners, burgers, poulet, pizzas, salades, sandwiches et frites.

Elle démontre que la teneur en sel d'aliments similaires varie de manière importante d'un pays à l'autre. Ainsi, les produits vendus par les entreprises de restauration rapide présentent un taux de sodium plus élevé au Canada et aux Etats-Unis qu'au Royaume-Uni et en France.

A titre d'exemple, les croquettes de poulet de McDonald's servies au Canada contiennent plus de deux fois plus de sodium que celles servies au Royaume-Uni.

Ces résultats contredisent les chaînes de restauration rapide. Celles-ci ont souvent prétendu que les techniques utilisées dans la transformation des aliments faisaient obstacle à la réduction de la teneur en sel des aliments proposés à la vente, affirmant que de nouvelles technologies étaient nécessaires.

“Réduire le sel dans la restauration rapide semble techniquement possible et cela améliorerait nettement la santé de la population, le taux de sel moyen étant élevé dans la restauration rapide”, conclut l'étude.

Un taux de sel alimentaire trop élevé est lié à l'hypertension artérielle et aux maladies cardio-vasculaires. Des études montrent que réduire la consommation de sel pourrait entraîner une diminution du nombre des décès.

AFP