La bière et le lait aideraient à maigrir

POLINA VOROBIEVA

jeudi 21 juin 2012, 11:47

Au premier abord, la bière et le lait n'ont pas grand-chose en commun. Si ce n'est peut-être la nicotinamide riboside. Une molécule « miracle » qui prévient la prise de poids et le diabète.

La bière et le lait aideraient à maigrir

©Belga

Qui a dit que la bière faisait grossir ? Une précédente étude publiée par des chercheurs allemands du German Institute of Human Nutrition avait prouvé que le doux brevage n'était pas responsable des « bides à bières ». Aujourd'hui, les chercheurs de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) vont encore plus loin : une molécule naturellement présente notamment dans le lait et peut-être dans la bière, appelée nicotinamide riboside, aurait des effets inespérés sur la prise de poids et le diabète.

En effet, les souris soumises « à un régime riche en graisse qui avaient reçu de la NR ont montré sur la balance que leur prise de poids n'atteignait que 60 % de celle des souris ayant reçu la même alimentation, mais sans NR », selon l'étude. En plus de ces vertus « amincissantes », les chercheurs font une observation majeure : aucune des souris traitées n'a donné de signes du développement d'un diabète, à la différence des autres. « Même avec un régime normal, la NR améliore la sensibilité à l'insuline. »

Lorsqu'ils ont approfondi leurs recherches, les scientifiques ont observé que l'ingestion de nicotinamide riboside, cette fameuse molécule présente dans le lait et la bière, stimulait indirectement l'activité des sirtuines, des enzymes qui activent la combustion des graisses et les capacités oxydatives des cellules.

Mais que les grands amateurs de bières (et/ou de lait ?) se fassent une raison, ce n'est pas la peine de se jeter sur le premier casier venu. On ne sait pas encore quelles quantités de ce NR est présente dans un 33, ni même dans un verre de lait : « A l'heure actuelle, nous ne pouvons pas mesurer sa concentration dans le lait, préviennent les chercheurs de Lausanne. Impossible donc de savoir combien il faudrait en boire pour pouvoir en observer les effets. »