Accueillir le 1er mai, tout un travail

GEOFFROY HERENS

mercredi 02 mai 2012, 08:56

Jodoigne. Le MR a monopolisé le hall Baudouin Ier. Des centaines de personnes y ont écouté les discours avant de profiter d'une après-midi festive.

Accueillir le 1er mai, tout un travail

Le 1er MAI DU MR, ce sont des discours politiques mais c’est surtout une après-midi empreinte de bonne humeur et d’animations qui ont plu aux jeunes générations © G H

Jodoigne, mardi. Il est environ 10 h 35 et, devant le Clair Séjour, les résidents de la maison de repos sortent un à un pour s'installer le long de la chaussée de Tirlemont, attendant le défilé annuel des forces libérales francophones. « Je suis là un peu pour soutenir le MR mais surtout pour me distraire, explique une des pensionnaires du home. Et en plus, il y a du soleil. » À quelques mètres de là, la campagne du Mouvement réformateur donne le ton : « L'avenir, ça se travaille. »

Une vingtaine de minutes plus tard, c'est à l'intérieur du hall Baudouin Ier que le spectacle s'est déplacé avec, pour entamer la série de discours, le petit mot de Jean-Paul Wahl, bourgmestre de la cité de la Gadale. « Je ne sais pas si je retrouverai ma place », lance-t-il d'emblée en faisant allusion, au choix, aux prochaines élections communales et/ou à la banquette où de nombreux autres élus (dont Louis Michel) se trouvent à l'étroit.

Le MR et l'équipe du hall sont pourtant rodés à l'accueil de cet événement annuel qui a cependant été lancé il y a exactement trente ans à Bierges. « Si le 1er mai représente un gros boulot pour nous, c'est surtout une visibilité gratuite pour la Ville et une série de couverts supplémentaires pour les restaurants des alentours, explique Jean-Paul Wahl tout en dégustant une bière de Jandrain. Pour le reste, avec le temps, nous avons développé une certaine expertise qui allège la charge globale. » Le mayeur jodoignois remerciera d'ailleurs les bénévoles lors de son discours.

Les prises de parole terminées, la partie conviviale peut commencer sous le chapiteau dressé pour l'occasion et où les clowns côtoient les fans de l'une ou l'autre figure du MR. À côté des 500 réservations de repas (le GSM de Jean-Luc Meurice, l'échevin organisateur, a chauffé ces dernières semaines), les bars des régionales ont, eux aussi, bien tourné.

Au sein de celle du Brabant wallon, certains se laissent aller à l'une ou l'autre divulgation en rapport avec le scrutin du 14 octobre prochain. Une illustration jodoignoise : l'annonce est faite que Jennifer Evrard (32 ans, Jodoigne-Souveraine) fera ses débuts dans la politique sur la liste de l'Union Communale. Tandis qu'à Ramillies, on apprend que le bourgmestre théoriquement neutre Danny Degrauwe pourra compter sur des candidats réformateurs néophytes tels que Cédric Delvaux (Huppaye) et Nicolas Berchem (Autre-Eglise, neveu de l'ex-mayeur).

À d'autres endroits, les tractations vont bon train. Les messes basses également, même si, avec le volume sonore du groupe de musique qui occupe la scène au fond du chapiteau, la communication est parfois malaisée. Mais qu'importe puisque l'essentiel, ce mardi, c'est la fête et, à ce titre, certains en ont bien profité.

Tout un petit monde qui, en venant, a pu découvrir les panneaux « J'm Jodoigne » plantés par un groupe politique concurrent suite à une opération qualifiée de « commando et pacifiste » par les intéressés et censée montrer ou rappeler qu'il existe une alternative à l'Union Communale. Une UC majoritairement teintée de bleu, comme le ciel de mardi.