Riffs et accords ont vaincu la pluie

GEOFFROY HERENS

lundi 07 mai 2012, 09:18

Opprebais. Plus de 10.000 personnes en trois jours à l'Inc'rock Festival. Un public qui a pu assister à plus de cinquante concerts.

Riffs et accords ont vaincu la pluie

Joshua a marqué la soirée, vendredi Un concert durant lequel la pluie a commencé à tomber, avec des conséquences senties jusqu’à la fin © R BRENY

Avec une affiche riche des noms de Cœur de Pirate, Thomas Dutronc, Ozark Henry, Youssoupha, Psy4 de la Rime ou encore The Experimental Tropic Blues Band, l'Inc'Rock BW Festival avait mis la barre haut pour sa huitième édition. Trois jours qui ont connu quelques grands moments et aucun incident.

Affluence. Quelque 3.000 festivaliers le vendredi, 4.800 environ le samedi et vraisemblablement 3.000 le dimanche : avec de tels chiffres, les organisateurs de l'IRF se disaient satisfaits, hier soir. Les 7.000 entrées payantes (nécessaires pour combler le budget de 320.000 euros) relevaient de l'ordre du possible.

Bottes. Souvent en caoutchouc, elles étaient omniprésentes ou presque les deux premiers jours. Il faut dire qu'avec la pluie qui est tombée vendredi, les pelouses se sont rapidement transformées en gadoue, donnant à l'IRF une allure rurale qu'il n'avait jamais eue à ce point. Avec ce que cela suppose pour les quelques voitures garées dans les champs, qu'il a fallu désembourber.

Rituel. Tête d'affiche du vendredi avec Ozark Henry, Daan a une méthode spéciale pour s'échauffer avec son groupe. « J'ai un jour vu Madonna dire des prières avec ses danseuses mais je trouvais ça cul-cul, explique-t-il. Nous, tous ensemble, nous sautons seize fois sur place en disant rituel. La synchronisation est importante. Et si quelqu'un s'arrête après quinze ou dix-sept fois, on sait qu'il faudra garder un œil sur lui. D'habitude, c'est moi… »

Air Guitar. Pour la troisième année d'affilée, un concours a permis aux plus téméraires de monter sur scène et jouer sans instrument. La finale s'est déroulée sur un morceau imposé (Monkey Wrench des Foo Fighters) et a couronné, dans l'ordre, les bien (sur)nommés TéléRockBies, Larson et Chicken.

Brigitte. Le duo français a bravé le froid et l'humidité dans de scintillantes robes de soirée très fendues. « Le trac a fait office d'anesthésiant, expliquait Sylvie, la brune, après coup. L'excitation et l'euphorie ont aussi aidé à transformer ce moment en concert génial qui restera un super souvenir. »

Catering. Les dames de l'Espace Corlier, transformé en restaurant, ont su s'attirer les sourires de tous les artistes. « Même ceux qui ne semblaient pas très sympas le sont devenus suite à nos petits soins, note Giovanna Leo, une des cuisinières. Tout le monde nous a dit que les repas étaient très bons. Les végétariens ont été contentés, les anti-gluten aussi. »

Claire Denamur. La charmante Française a fait son retour à Opprebais, deux ans après un premier passage. « Mes musiciens et moi avons été reçus d'une manière hallucinante. Dès l'arrivée sur scène, nous étions en confiance, le public étant en feu. Comme si j'en étais à mon dixième passage ici. »

Rétro. Dans le camping, se trouvait un panneau « Attention, passage de fouine. Interdit de jeter des bouteilles. » Une manière humoristique de rappeler le passage tristement remarqué du rappeur éponyme l'an dernier.