« La porte d'entrée de la Wallonie »

JEAN-PHILIPPE DE VOGELAERE

jeudi 10 mai 2012, 09:00

Champ de bataille de Waterloo. Initiateur du projet, Serge Kubla, est conforté dans son travail par toutes les majorités à la Région. Les bourgmestres, satisfaits du projet, espèrent attirer des visiteurs dans leur commune.

Le site du champ de bataille de Waterloo est donc, avec Francorchamps, considéré comme « le » site touristique majeur de Wallonie.

La Région wallonne compte y attirer notamment les habitants des 126 municipalités qui ont pris « Waterloo » pour nom dans le monde. « Cela va en faire des jumelages ! », a souri le ministre wallon du Tourisme, Paul Furlan (PS).

Et « le père adoptif » de conforter « le géniteur » du réaménagement du site dans ses premiers choix. De quoi réjouir le bourgmestre Serge Kubla (MR), ministre wallon en 2001, départ de ce long dossier : « Malgré toutes les difficultés, je suis satisfait de constater que tous les ministres qui m'ont succédé – et avec d'autres couleurs que la mienne – ont estimé que le site du champ de bataille était la vraie portée d'entrée des visiteurs en Wallonie. Je me souviens de l'époque, quand les journaux britanniques s'élevaient contre l'état désastreux de ce site, avec friterie et karting, qui n'était pas à la dimension de la bataille et des personnes qui ont tragiquement perdu la vie en ces lieux. »

Et d'insister : « On pourra toujours se restaurer ou prendre un verre, mais la visite de ce hameau rénové sera désormais centrée sur le souvenir et la commémoration d'une bataille qui a changé le destin de l'Europe. J'espère vraiment que la scénographie et les moyens technologiques développés permettront aux visiteurs de comprendre mieux ce qui s'est déroulé non seulement au cours du 18 juin 1815, mais aussi avant et après la bataille. Il en va aussi de l'avenir touristique et économique d'une région. La butte du Lion ne sera plus l'étape de trente minutes d'une traversée éclair de la Belgique, mais une possibilité d'aller ensuite vers Villers, Namur ou Dinant. »

Même sentiment pour le député provincial Jean-Pierre Deserf (MR), la Province de Brabant wallon étant évidemment représentée dans l'ASBL Bataille de Waterloo 1815. Elle avait même engagé, au milieu des années nonante, une somme de près de 620.000 euros dans le montage financier, tandis qu'elle intervient obligatoirement à concurrence de 5 % dans chaque rénovation de patrimoine : « Nous comptons par an 1,8 million de visiteurs d'un jour en Brabant wallon. L'objectif est désormais de permettre à ces personnes de s'installer au moins deux jours pour découvrir les attraits touristiques. Je pense à l'abbaye de Villers, à la Fondation Folon, au Musée Hergé ou encore au Bois des Rêves. »

Lasne aura aussi son mot à dire, selon la bourgmestre Brigitte Defalque (MR) : « Notre commune compte également des lieux significatifs de la bataille. Je pense à la place de Plancenoit ou à l'Observatoire de Napoléon, rue de la Bâchée. Je pense qu'il serait opportun de mettre ces lieux en valeur, afin d'attirer les visiteurs du champ de bataille jusqu'ici. Et vers nos restaurants. Je pense à des circuits touristiques, des promenades balisées. Ce n'est pas le travail qui va manquer. »

Promenades aussi pour le bourgmestre de Genappe, Gérard Couronné (MR-IC) : « D'autant que notre Syndicat d'initiative est actif dans ce domaine. Et puis, il ne faut pas oublier le dernier QG de Napoléon, à Vieux-Genappe. Même s'il dépend de la Province, je pense qu'il faudra tout faire pour y attirer aussi une partie des visiteurs. »

P.8 Le projet touristique