L'Orchis, perle du vallon du Housta

JEAN-PHILIPPE DE VOGELAERE

mercredi 20 juin 2012, 11:19

Braine-le-Château. Quatre hectares voués à l'épuration, à côté d'une belle réserve naturelle. Un coût de 35 millions d'euros, plus de 41 millions pour la pose du collecteur.

L'Orchis, perle du vallon du Housta

La capacité de la station d’épuration a été conçue pour absorber la hausse de la population et des sociétés pour les vingt ans à venir © J-P DV

Une bergeronnette jaune passait ce mardi midi d'un bac de décantation à un autre. Un beau présage ? Toujours est-il que la nouvelle station d'épuration, baptisée Orchis, de Braine-le-Château, semble avoir trouvé sa place dans le vallon du Housta, d'où l'on voit les anciennes Forges de Clabecq et la prison d'Ittre.

Mais que de mal pour y arriver ! L'Intercommunale du Brabant wallon (IBW) a, en effet, commencé les premières acquisitions dans les années septante pour épurer une vallée du Hain qui se densifiait, tant sur le plan de la population que de l'accueil d'entreprises, et qui devenait de plus en plus un égout à ciel ouvert.

Il aura finalement fallu étudier dix-sept sites, subir de nombreux recours au Conseil d'État – « les atermoiements funestes, comme a dit le Roi Baudouin en d'autres circonstances », a commenté le président de l'IBW – et obtenir finalement le fameux décret DAR – « d'autorisation régionale » – du 17 juillet 2008 pour que la Région wallonne accorde le permis de la troisième station d'épuration en importance du Brabant wallon, d'une capacité de 92.000 équivalents habitants. Soit une capacité qui permet d'assurer l'avenir pendant une vingtaine d'années.

« Finalement, tout ce retard aura eu comme conséquence que nous avons pu aménager une gigantesque infrastructure qui réponde au maximum des technologies disponibles, sans devoir rénover comme nous avons dû le faire à Rosières et à Basse-Wavre », a souri Bernard de Traux de Wardin (MR), le président de l'IBW, heureux d'inaugurer ce mardi une station dans une région qu'il a bien connue une partie de son enfance.

Cette station va donc épurer les eaux usées des habitants et des sociétés de Braine-l'Alleud, y compris de Lillois et d'Ophain, de Waterloo, mais uniquement les riverains du ruisseau du Patiaux et du quartier du Chenois, et de Wauthier-Braine et de Braine-le-Château, en ce compris le parc d'activités économiques de la vallée du Hain.

25 m plus haut que la vallée !

La particularité de cette station, c'est qu'elle est située vingt-cinq mètres plus haut que la vallée. Il a donc fallu aménager, par la technique du fonçage, comme à Cointe, une galerie de 220 mètres de long et d'un diamètre de 3 m sur 2,5 m. Et ce, à raison de 2,5 mètres par jour. Une première en matière de travaux d'assainissement qui fait dire au président de l'IBW qu'il existe « en Wallonie des sociétés de pointe, d'une compétence extraordinaire ».

Cette station, aménagée sur un site de quatre hectares, aura coûté la bagatelle de 35 millions d'euros. Un montant auquel il faut encore ajouter plus de 41 millions d'euros pour la pose des collecteurs, dont le dernier tronçon d'Ophain à Lillois sera posé d'ici juin 2013. Un chantier qui aura subi un énorme retard du côté d'UCB, avec la découverte de mille mètres de roche de quartzite particulièrement rare et dure à percer, à raison de 30 à 60 centimètres par jour…

Bref, la station tourne à présent, emploiera près de huit équivalents temps plein, et entrera en pleine capacité à l'automne. Pierre Leuris, le directeur du secteur assainissement de l'IBW, estime que les habitants pourront voir un mieux dans le Hain d'ici six mois, tandis que Bernard de Traux de Wardin envisage déjà une promenade bucolique d'ici trois ans.