Le Boischamps attend 110 logements

GEOFFROY HERENS

mercredi 04 juillet 2012, 10:17

Chastre. La commune et l'Intercommunale du Brabant wallon sont propriétaires d'un site de 3,75 hectares. Grâce à la Régie foncière provinciale, quelque 110 logements pourront y être construits. Deux tiers d'entre eux seront vendus pour les prix du marché afine de permettre l'accès à la propriété de citoyens moins fortunés.

Le Boischamps attend 110 logements

Mathieu Michel et Claude Jossart (à droite) se réjouissent déjà de voir les logements se construire dans le futur quartier Boischamps de Chastre © G H

Situé entre la cité sociale et la gare, le futur quartier Boischamps ne représente actuellement que des étendues d'herbe et deux bosquets d'arbres. A terme, il devrait cependant accueillir environ 110 logements, qu'il s'agisse de maisons unifamiliales ou d'immeubles à appartements.

Derrière ce projet d'envergure, un partenariat : celui qui lie les propriétaires fonciers que sont la commune (qui possède 80 ares) et l'Intercommunale du Brabant wallon (2 hectares et 95 ares) avec l'opérateur qu'est la Régie foncière provinciale autonome.

Quant au mécanisme, il est plus simple qu'il n'y paraît. « Nous jouons le rôle d'interface, explique Mathieu Michel, le président de la Régie. Tant Chastre que l'IBW nous donnent un droit de superficie sur leurs parcelles respectives et un mandat pour les vendre à leur compte. Nous chercherons ensuite un partenaire privé qui se chargera de la conception et de la construction du projet. Celui-ci vendra ses édifices (75 % de maisons et 25 % d'appartements) aux futurs habitants tandis que nous ferons de même avec les terrains. »

L'intérêt de la formule se trouve dans l'effort consenti par Chastre et l'intercommunale : en acceptant de valoriser leurs parcelles à 75 euros/m2 (commune) et à 65 euros/m2 (IBW) au lieu des 110 euros/m2 estimés par le receveur de l'Enregistrement, elles vont permettre aux acheteurs de trouver des lieux de vie à des tarifs (très) intéressants… pour deux tiers d'entre eux.

Pour rappel, l'idée est de proposer un tiers des logements aux prix du marché. De quoi dégager des marges qui permettent parallèlement de vendre les deux autres tiers sous le seuil précité. « L'objectif est ainsi de diminuer la pression foncière en Brabant wallon et de favoriser l'accès à un logement de qualité de façon durable, précise Mathieu Michel. Il faut en effet des politiques spécifiques quand on voit les prix moyens de 2011, à savoir 248.944 euros pour une maison unifamiliale dans la province et 282.414 euros à Chastre contre 143.500 euros en Wallonie. »

Les autres caractéristiques du dossier ? Une densification modérée (30 logements à l'hectare), une connexion de mobilité douce vers la gare, des constructions basse énergie (K=30), une zone de parc, une mixité sociale et générationnelle… et un aménagement communautaire qui reste à définir. « Nous envisageons diverses choses, telles qu'une crèche, une salle polyvalente…, note Claude Jossart, le bourgmestre chastrois. Mais ce qui importe le plus, c'est que cela donnera l'opportunité à des jeunes de l'entité et d'ailleurs d'avoir accès au logement. »

Si tout va bien, le projet pourrait se concrétiser à partir d'avril 2014 en ce qui concerne le début du chantier. D'ici là, il y aura la sélection des candidats invités à remettre offre (après une publication européenne qui vient d'avoir lieu), un dépôt des offres en question, la désignation de l'adjudicataire et l'introduction des permis.