Un nouvel éclat pour la villa Beau-Site

XAVIER ATTOUT

jeudi 05 juillet 2012, 10:09

Genval. Sacré lifting pour ce fleuron de l'Art nouveau. La villa Beau-Site n'avait jamais été restaurée. Elle a retrouvé ses couleurs d'origine. L'édifice communal pourrait devenir un pôle culturel.

Un nouvel éclat pour la villa Beau-Site

La restauration de la villa de l’avenue des Combattants à Genval a permis de retrouver ses couleurs d’origine À savoir le vert bouteille pour la boiserie et le blanc cassé pour la façade Le fruit d’un important travail

Dressée devant nous, elle semble avoir retrouvé une nouvelle jeunesse. Elle affiche en tout cas une mine éclatante. Pleine de couleurs, de beauté et de prestance. On est bien loin de l'état de délabrement déprimant dans lequel elle nageait encore il y a douze mois à peine.

La restauration de l'enveloppe extérieure de la villa Beau-Site, située avenue des Combattants à Genval (Rixensart), est terminée. Ce fleuron de l'Art Nouveau dessiné par Paul Hamesse, dont ce serait la seule réalisation en Wallonie, vient de connaître un sacré lifting. Depuis 1908, date de sa construction, elle n'avait jamais fait l'objet de la moindre restauration d'envergure.

L'édifice, racheté en 1955 par la commune, a été restauré par Pierre Hebbelinck, un architecte liégeois bien connu. « Ce projet me tenait à cœur car il s'agit d'un des rares exemples d'une villa Art Nouveau quatre façades, explique celui qui a vécu durant 18 ans à Rixensart. Ce bâtiment est donc vraiment intéressant. L'influence viennoise est fort présente. »

Il y a quelques mois, la villa était presque à l'abandon. Les façades étaient recouvertes de plusieurs enduits, les ferronneries étaient rongées, les peintures avaient disparu, les boiseries des châssis s'émiettaient, la verrière d'entrée rouillait. Difficile donc de retrouver la trace des éléments d'origine. C'est là que l'atelier Pierre Hebbelinck a effectué un remarquable travail de recherche. Des études sur les matériaux, les peintures, les enduits et les boiseries ont été effectuées, dont des analyses stratigraphiques, un procédé qui consiste à décoller des pellicules de peinture de la façade pour retrouver la chromie originale. Il s'agit en quelque sorte d'analyser physiquement le bâtiment. Cela a permis de retrouver les couleurs des châssis (vert bouteille) et de la façade (blanc cassé).

« Et comme nous n'avions plus aucun plan, je suis aussi parti à Vienne pour m'inspirer du courant de la Sécession viennoise, histoire de présenter un dossier qui se rapproche très fort du projet originel », se souvient Pierre Hebbelinck. Ajoutons que certains éléments ont fait l'objet, en 2001, suite au travail de l'ASBL Hommes et Patrimoine, d'un classement par la commission des Monuments et Sites.

La vue du bâtiment est aujourd'hui surprenante. Il a retrouvé tout son cachet. Notamment les inscriptions « Beau-Site », les deux médaillons sur la façade ou encore le magnifique escalier de l'entrée en pierre bleue, recouvert en 1961 par une rampe en béton mais retrouvé presque intact. « La façade possède à nouveau son aspect original, constate l'architecte David Henquinet, responsable du suivi du chantier. De faux moellons de pierre blanche ont été joints à la façade. La matière d'origine a été maintenue. Les boiseries sont vert bouteille, les inscriptions en jaune ocre. Le bow-window, à l'arrière, a été reconstitué. » La toiture et les ferronneries ont également été refaites tandis que les châssis ont été remplacés en respectant les détails originaux.

Au total, le montant des travaux s'élève à 1,1 million, avec 530.000 euros de subsides. L'idée au départ était de faire du Beau-Site un pôle culturel. Aucune décision n'a encore été prise à ce sujet. « Aujourd'hui, on sait seulement que le service communal D'Clic retournera au Beau-Site », note le bourgmestre Jean Vanderbecken (NAP).

La suite ? Les abords ont été entièrement redessinés. Un sentier permettra de rejoindre l'arrière du bâtiment, où un vignoble anime depuis quelques mois la vie du quartier. Le site sera recouvert d'une grande pelouse. Le parking va disparaître. Seules une douzaine de places seront encore disponibles. Ces travaux seront terminés fin août.

La construction d'une nouvelle aile comprenant un ascenseur de même que la restauration de l'intérieur du bâtiment sont également prévues. Une demande de subsides va être introduite par la commune.