Une « manif de droite » en faveur de l'austérité

Rédaction en ligne

vendredi 06 avril 2012, 18:01

Une manifestation décalée en faveur de l'austérité s'est tenue à Bruxelles vendredi. Les revendications du Cercle des Citoyens Austères, l'organisateur : « une Europe ultra-libérale, la fin de l'Etat-providence et de l'assistanat social ! ». Ou tout le contraire ?

Une « manif de droite » en faveur de l'austérité

Hadrien Bonney (St)

« Osons l'austérité », voilà le message de cette manifestation organisée dans le centre de Bruxelles vendredi après-midi. « Sous prétexte que nos entreprises et nos banques seraient à l'origine de la crise, les organisations appuyées par des mouvements populaires se mêlent de politiques économiques. Ils profitent de la situation pour critiquer les mesures d'austérité européennes, la baisse du pouvoir d'achat des salariés, la réduction des pensions ou la suppression des allocations de chômage », précise le Cercle des Citoyens Austères, sur son blog.

Une bonne centaine de manifestants, parés de leurs plus beaux habits, s'étaient donné rendez-vous devant le Palais de Justice de Bruxelles à 15h. Tout de suite le ton est donné : « On va donner deux ou trois mois à Elio Di Rupo et bientôt son nœud de papillon deviendra bleu. »

Une fois le cortège parti vers le quartier Louise, des slogans, plus provocateurs les uns que les autres, sont lancés : « Plus de répression, moins de prévention », « Nucléaire, oui merci », « Moins de fonctionnaires, plus de milliardaires », « Le chômage, c'est du gaspillage » ou encore « Baisse de la TVA sur le foie gras ».

Et quand les manifestants passent devant le Quick, c'est un hourra général. Les clients présents à la terrasse, médusés, ont pu entendre « On veut du Quick dans nos cantines » ou « On aime, on aime, les OGM ».

Un « incident » fut tout de même à déplorer lors de la manifestation. Lors de la minute de silence à la gloire du Roi Léopold II qui a « exploité, à juste titre d'ailleurs, les ressources de la République Démocratique du Congo », un manifestant a eu l'audace de crier « Vive la gauche ». Il fut immédiatement arrêté par le « faux » service de sécurité.

Car rien de tout ceci n'est évidemment sérieux. Ce que le Cercle des Citoyens Austères dénonce, ce sont les « dérives libérales qui pourrissent notre ozone à tous ». Pour transmettre son message, le collectif a choisi de choquer, voyant que les manifestations classiques n'aboutissent généralement pas à grand chose. Et l'objectif est plutôt réussi, les passants hésitant souvent entre rire et indignation. Une nouvelle manière de manifester ?

Hadrien Bonney (st.)