Moureaux accuse des journalistes de la RTBF « d'islamophobie »

Rédaction en ligne

mardi 17 avril 2012, 16:53

Le bourgmestre de Molenbeek a tenu des propos très durs contre les journalistes de l'émission « Questions à la Une » diffusée mercredi dernier sur l'Islam. Moureaux les a qualifiés de « racistes » et d'« islamophobes ». Deux pages spéciales dans Le Soir de mercredi

Dans une interview téléphonique donnée à la chaîne « Maghreb Tv », Philippe Moureaux, le bourgmestre de Molenbeek-Saint – Jean, a qualifié de scandaleuse la dernière émission de « Questions à la Une ». Pour les besoins de cette émission dont le sujet était « Faut-il craindre la montée de l'Islam en Belgique ? », les journalistes se sont rendus à Molenbeek et Anderlecht et ont interviewé le bourgmestre.

Dans Le Soir de mercredi

« Que penser de l'émission ? » L'avis de l'imam cité dans l'émission et de la RTBF, par Ricardo Gutiérrez et Jean-François Lauwens.

« Que penser des propos de Philippe Moureaux ? » Est-il isolé ou soutenu dans son parti ? Et ailleurs ? Par Véronique Lamquin et Martine Dubuisson.

A lire dans Le Soir en Pdf (lien actif dès 5h du matin, mercredi).

« Je suis furieux, (…) je me sens trompé. Je me rends compte que j'ai servi de faire-valoir à des racistes et des islamophobes ». Philippe Moureaux a même été plus loin dans ses propos, comparant les méthodes de la RTBF à celles sur lesquelles s'est bâti le succès de l'antisémitisme.« C'est une pure manipulation de l'information. (…) C'est fait uniquement pour donner une image négative de l'Islam. »

« On ne peut pas condamner toute une population »

« Il y a, à Molenbeek, une majorité de personnes d'origine maghrébine qui sont des musulmans tout à fait pacifiques. C'est une population qui mérite le plus grand respect. Ce n'est pas parce qu'il y a quelques personnes qui ont des comportements inacceptables que l'on peut condamner toute une population », a-t-il déclaré.

Une manifestation devait avoir lieu jeudi à 18h30 mais hier, le bourgmestre de Schaerbeek, Bernard Clerfayt, a décidé de ne pas l'autoriser en raison des risques de troubles de l'ordre public.

Elodie Lamer (st.), avec Belga