La STIB profite des 20 km pour distribuer des amendes

MAILYS CHARLIER

dimanche 27 mai 2012, 23:01

Les contrôleurs de la STIB étaient présents en masse à Montgomery et Merode dès 9h du matin. Le mot d’ordre du jour : contrôler un maximum de personnes.

La STIB profite des 20 km pour distribuer des amendes

©Belga

Chaque année, la STIB a un accord avec les 20km : les personnes portant un dossard sont exemptes de tickets de transports. Les participants pouvaient donc courir léger, sans devoir s’alourdir avec portefeuilles et papiers. La STIB était dédommagée par les organisateurs des 20km et n’effectuait pas de contrôle lors de l’événement. Cette année, l’accord n’a pas été maintenu mais ni la STIB ni les organisateurs de l’événement n’ont prévenu les participants. Un maximum de contrôleurs les attendaient dès 9h à Merode et Montgomery.

En début d’après-midi, le député-bourgmestre d’Etterbeek, Vincent De Wolf a reçu un grand nombre de plaintes venants des participants. « Certains participants se sont indignés et ont fait savoir leur mécontentement aux contrôleurs. Ceux-ci leur ont répondu qu’on leur avait demandé de contrôler à ces stations car il y aurait beaucoup de monde aujourd’hui », explique-t-il.

Ces contrôles à grande échelle choquent le bourgmestre qui a dénoncé ces pratiques. « C’est un véritable scandale et totalement contraire à une société de service public. C’est inacceptable ! »

Pour la STIB, pas question de profiter de l’événement mais bien de renforcer la sécurité sur le réseau. « Comme à l’occasion de chaque grand événement, nous renforçons la sécurité pour parer à tout problème qui pourrait survenir en raison d’une fréquentation plus élevée de notre réseau. Le but premier des contrôles effectués n’était pas financier », a commenté une des porte-parole de la société.

Les 20km ont beau avoir été avancés à cause de la chaleur, de nombreux coureurs ont souffert de malaises ou de blessures. Ce qui a donné lieu à un grand nombre d’interventions de la Croix-Rouge. Ces participants n’ont pas pu finir la course et ont dû prendre le métro pour rejoindre l’arrivée des 20km. Les contrôleurs de la STIB les attendaient à Montgomery et à Merode pour leur administrer des amendes de 100 euros. « Cette opération vient très regrettablement ternir l’image des 20km et de la Région de Bruxelles-Capitale qui accueille, aujourd’hui, des coureurs venus des quatre coins du pays », a déploré Vincent De Wolf. « Les 20km sont une activité régionale. Les communes mettent à disposition un grand nombre de moyens pour l’organisation de cette activité sportive. Prendre les participants en otage est complètement idiot ! »

Le chef du groupe MR au parlement bruxellois prendra contact en fin de journée avec Brigitte Grouwels afin de demander l’annulation des amendes dressées à l’égard des coureurs.

Du côté de la STIB, on pointe du doigt les organisateurs qui « n’ont pas souhaité payer la contribution demandée pour compenser les frais de transport des participants ». D’après la porte-parole de la STIB, les organisateurs ont reçu deux courriers à ce sujet sans y répondre. Mais ils n’ont pas averti non plus les participants qui ont donc été surpris de ne pouvoir accéder au réseau gratuitement.

« Les amendes pourraient tomber »

La ministre Brigitte Grouwels a demandé à l’organisation des 20 km de conclure un accord avec effet rétroactif avec la STIB. Si tel est le cas, « les amendes infligées pourraient tomber ».

Brigitte Grouwels a « fermement condamné l’empressement systématique à se profiler », de Ridouane Chahid, le Vice-président de la STIB. « On peut attendre d’un Vice-président un sens de la responsabilité et un rôle d’ambassadeur à l’égard de l’organisation qu’il représente. Mais avec ses propos systématiquement dénigrants, cet homme essaie surtout de se profiler au préjudice de l’organisation qu’il est supposé représenter et promouvoir », a-t-elle affirmé dimanche soir.