Molenbeek : un membre de Sharia4Belgium sous mandat d'arrêt

Rédaction en ligne

lundi 04 juin 2012, 20:26

13 membres de Sharia4Belgium ont été arrêtés. Le parquet de Bruxelles requiert un mandat d'arrêt à l'encontre de l'un d'entre eux. Les 12 autres ont été arrêtés administrativement.

Le parquet de Bruxelles requiert un mandat d'arrêt à l'encontre d'un membre/sympathisant de Sharia4Belgium appréhendé dimanche soir à Molenbeek-Saint-Jean, a appris l'agence Belga à bonne source. L'homme, qui est soupçonné d'incitation à l'émeute et de coups et blessures sur un agent de police, comparaîtra lundi en début de soirée devant le juge d'instruction. L'individu est l'un des 13 membres/sympathisants de l'organisation extrémiste interpellés dimanche. Des policiers ont voulu contrôler l'identité de ces personnes. Après s'être violemment opposés au contrôle, les membres/sympathisants ont finalement été interpellés après un sérieux accrochage avec la police. « Vers 22h15, nous avons été informés de la présence d'une quinzaine de membres de Sharia4Belgium à cette adresse » explique le commissaire de la zone ouest, Johan Berckmans.

« Une équipe de policiers s'est alors rendue sur place afin de procéder à un contrôle d'identité, ce que ces personnes refusent systématiquement. La discussion s'est ensuite envenimée et a mené à un accrochage pendant lequel une partie du mobilier du salon de thé fut détruite ».

Finalement, les forces de l'ordre ont procédé à l'arrestation de 13 personnes. Douze d'entre elles ont été arrêtées administrativement et relâchées après quelques heures. La dernière a été arrêtée judiciairement pour incitation à l'émeute ainsi que coups et blessures sur un policier. Lors de son interpellation, l'homme s'est blessé en se cognant la tête contre le sol. Cet homme a ensuite été mis à disposition du parquet de Bruxelles ce lundi pour incitation à l'émeute et coups à un policier. Les 12 autres furent simplement arrêtées administrativement.

D'après la police locale de Bruxelles-Ouest, plusieurs personnes arrêtées ce dimanche soir se trouvaient déjà vendredi dernier au cœur des troubles qui se déroulèrent devant le commissariat de la rue du Facteur à Molenbeek-Saint-Jean.

La version de Sharia 4Begian

Sharia4Belgium, ce groupuscule basé à Anvers, fort d'une vingtaine d'activistes, est bel et bien à l'origine des troubles, jeudi soir, aux abords du commissariat de police de la rue du Facteur, à Molenbeek. C'est là que la porteuse de niqab, Stéphanie Djato, interpellée à Jette, mais qui n'acceptait de se découvrir que devant une femme, avait dû être emmenée, jeudi. Elle s'y est rebellée, donnant un coup de tête qui a cassé le nez et deux dents d'une des policières.

Vendredi soir, au cours d'une conférence de presse organisée par Sharia4Belgium, à Zellik, l'intéressée a prétendu avoir agi par « légitime défense ». Fouad Belkacem, porte-parole du groupuscule, affirme que la police aurait demandé à Stéphanie Djato de retirer son niqab. Comme elle refusait, « les policières ont fait venir trois policiers qui ont déchiré son niqab et ses sous-vêtements, a-t-il avancé, se lançant ensuite dans une diatribe anti-occidentale : Nous n'avons pas un gramme de respect pour vous, ni pour votre façon de vivre. Notre religion et notre mode de vie sont supérieurs aux vôtres ».

Dans une vidéo toujours visible, dimanche, sur le site du groupuscule, M. Belkacem traite les policiers d'« ennemis d'Allah », « mécréants », « chiens » Des « propos hallucinants, inacceptables et profondément condamnables », a réagi la ministre de l'Intérieur, Joëlle Milquet (CDH), annonçant des poursuites.

R.G. (avec Belga)