Beekkant : toute la région bruxelloise au niveau d'alerte 3

Rédaction en ligne

samedi 09 juin 2012, 15:29

Deux policiers ont été poignardés à la station de métro Beekkant. L'agresseur a été arrêté. Il s'agit d'un Français sympathisant de Sharia4Belgium. Les deux policiers sont hors de danger. Les imams de Belgique ont fermement condamné l'agression.

Beekkant : toute la région bruxelloise au niveau d'alerte 3

©Belga

Hier en début de soirée, un homme a agressé deux policiers au couteau à la station de métro Beekkant à Molenbeek. L'homme a été arrêté. Il s'agit d'un Français de 34 ans, sympathisant de Sharia4Belgium venu de Paris pour protester contre la politique du gouvernement belge à l'égard des musulmans, et particulièrement à Molenbeek, suite aux événements de la semaine passée.

Le Premier ministre annonce une réunion sur la sécurité le 15 juin

Le Premier ministre Elio Di Rupo a convié les bourgmestres des 15 plus grandes villes du pays ainsi que les présidents des associations des villes et des communes flamandes, wallonnes et bruxelloises à une réunion sur la sécurité ce vendredi 15 juin. Cette rencontre, qui aura lieu en présence des Ministres de l'Intérieur et de la Justice, aura pour objectif de se concerter sur un projet sécuritaire, de mieux coordoner les politiques de sécurité aux niveaux fédéral et local, et de renforcer les mécanismes de collaboration entre la Justice et les autorités administratives.

Le Premier ministre rappelle dans un communiqué que des décisions ont déjà été prises pour améliorer la sécurité des citoyens (augmentation du nombre de policiers, augmentation budgétaire pour le secteur, plan national de sécurité...), et que le gouvernement travaille également à un renforcement des dispositifs de lutte contre le radicalisme.

Le bourgmestre de Molenbeek Philippe Moureaux a expliqué à la RTBF que l'agresseur « a déclaré qu'il était lié au groupe Sharia International. Il avait sur lui un extrait de journal belge, une photocopie, avec des inscriptions 'Molenbeek, l'ignoble', et toute sorte d'horreurs que je ne vais pas vous détailler. Il s'est attaqué à deux policiers qui étaient là dans le cadre d'un contrôle, (…) ils se sont fait attaquer par derrière à coups de couteau. Heureusement, des collègues ont pu le maîtriser, mais tout nous indique que c'était une tentative de meurtre ».

Philippe Moureaux se dit également « inquiet de voir Molenbeek pris pour cible par des groupes extrémistes venus de l'extérieur ». « Mais », ajoute-t-il, « avec ce type de forcené, c'est extrêmement difficile de prendre des mesures de précaution». « Molenbeek a récemment souffert d'un groupe islamiste venu de l'extérieur et à présent, d'un islamiste venu de Paris. C'est une grande souffrance pour la commune ». Le bourgmestre a réclamé que l'affaire soit traitée avec la plus grande sévérité par la justice et appelé à actionner la coopération policière internationale pour démanteler ce réseau.

La policière agressée maintenue en observation

Un des deux policiers agressés a pu sortir de l'hôpital et regagner son domicile hier soir. Sa collègue, de confession musulmane, a été maintenue en observation, après la constatation de lésions plus graves, a expliqué le porte-parole de la zone de police Bruxelles-Ouest, Johan Berckmans. Elle a été blessée au coude et dans le bas dos, mais ses jours ne sont pas en danger.

La soeur de la policière blessée a fait savoir sur Facebook: "J'ai la haine contre tous ces extrémistes de m..! Tout comme ces politiques de tolérance fasse à ces malades mentaux qui se prétendent musulmans! Hâte que justice soit faite!" Interviewée par RTL-TVi, elle a poursuivi: "On ressent de la colère et de l'incompréhension (...) Le pire dans l'histoire, c'est que nous sommes musulmans. Nous n'avons rien à voir avec ces individus. (...) Ces extrémistes vont à l'encontre de notre religion qui est un message d'amour et de tolérance". Elle invite les politiques à agir plus fermement: "On envisage de supprimer la nationalité belge du porte-parole de Sharia4Belgium? Et bien c'est une très bonne idée. Il ne faut pas que la Belgique devienne un terrain de jeu et de liberté pour ce genre d'individus".

Les syndicats de la police demandent « des mesures d'urgence»

Le syndicat des policiers (Sypol) dénonce le manque de moyens de la profession et un manque de communication au plus haut niveau. Le Sypol critique la politique de « désarmement progressif des forces de police et l'état d'esprit angélique hérité de la réforme » de la police et juge la situation « intolérable, nous mettons le gouvernement en demeure de réagir enfin face à l'insécurité des membres des forces de l'ordre, désarmés et/ou sous équipés face à ces bandes de criminels pour qui la vie humaine ne compte pas ». « Faute d'armement adapté, nous ne sommes plus dissuasifs et les criminels en abusent ». Le Sypol a ajouté que lorsque l'alerte a été relevée au niveau trois à Molenbeek, c'est par voie de presse que la police l'a appris.

Le SLFP-Police (syndicat libre de la fonction publique, demande quant à lui dans un communiqué que "des mesures d'urgence doivent être prises par le pouvoir exécutif, et suivies par le pouvoir judiciaire".

Soulignant les initiatives déjà prises par la ministre de l'Intérieur Joëlle Milquet pour le développement du "Plan global contre la violence dont les policiers sont victimes", le syndicat demande aux autres acteurs, des magistrats aux bourgmestres en passant par le ministre de la Fonction publique notamment, de "s'inscrire pleinement dans cette logique visant une protection et une assistance valables, complètes et coordonnées pour les policiers victimes de violence, en ce compris des sanctions lourdes et effectives pour tous les auteurs de faits de violence contre les policiers."

Il met également en garde les bourgmestres et mandataires policiers qui selon lui "prennent la sécurité de leur personnel peu au sérieux", en ne leur fournissant pas les moyens nécessaires à leur sécurité (gilet pare-balles, équipe unique pour la nuit, etc). "S'il intervient un incident sérieux emportant des blessures pour nos collègues, le SLFP-Police n'hésitera pas à lancer des procédures pénales contre eux dans le cadre de leur responsabilité personnelle", avertit-il.

Le niveau d'alerte 3 étendu à toute la région bruxelloise

L'Organe de coordination pour l'analyse de la menace (OCAM) en Belgique a relevé le niveau de vigilance sur l'ensemble du territoire de la région bruxelloise, a indiqué Peter Mertens, du centre de crise du SPF Intérieur. L'alerte concerne essentiellement les services de police et les commissariats, qui ont été avertis de la mesure. "On leur a demandé toute la vigilance nécessaire", a précisé M. Mertens.

En fonction des événements, il est relativement fréquent que l'OCAM hausse le niveau de vigilance pour des événements locaux. Il est cependant plus rare que le niveau 3 soit appliqué à une zone aussi grande que la région bruxelloise. Le reste du territoire belge reste inscrit au niveau 2 de vigilance.

"Les musulmanes de Belgiqe doivent respecter la loi"

Le président de la Ligue des imams de Belgique tout comme le président de l'Union des mosquées de Bruxelles ont condamné fermement les différents événements survenus à Molenbeek. Les imams de Belgique ont toutefois précisé que ces événements découlaient des agissements d'un groupuscule qui n'est pas représentatif de la communauté musulmane de Belgique. Le président de l'Union des mosquées de Bruxelles, Jamal Habbachich, a demandé que les responsables des récents incidents soient poursuivis pour incitation à la haine. "Nous sommes arrivés à un point de non-retour. Les imams et les mosquées travaillent main dans la main pour s'opposer au travail de cette minorité", a-t-il dit.

Interrogé sur le port du niqab interdit en Belgique qui est à l'origine des incidents survenus à Molenbeek, le président de La Ligue des imams de Belgique, Mohammed Tujgani, a déclaré que les musulmanes de Belgique devaient respecter la loi et "appliquer l'Islam selon le consensus des savants, soit l'Islam du juste milieu, sans excès. "Le port du niqab est un choix personnel et les musulmanes doivent refuser d'entrer dans cette logique s'il entraîne des contraintes ou des conflits", a-t-il ajouté.

DZ avec Belga