Dix-huit délits par jour

CAYROL RAPHAEL

vendredi 03 août 2012, 10:00

Bruxelles. Les dernières statistiques des délits dans les transports publics de la capitale ont été publiées. De janvier à l'automne de l'année passée, plus de cinq mille faits ont été enregistrés par les services d'ordre. Une hausse estimée à 33% par rapport.

Dix-huit délits par jour

Dans le métro bruxellois, les accidents ont diminué de quelque 4 % entre 2010 et 2011 Maigre consolation en regard de l’augmentation du nombre de délits © PIERRE-YVES THIENPONT

Le nombre de faits de criminalité enregistrés à Bruxelles par la police est en nette augmentation pour la période du printemps à l'automne 2011. 5.043 cas ont ainsi été recensés par les agents de police. En extrapolant les données connues, le total des infractions en 2011 atteindrait 6.724 faits, plus que les trois années précédentes. Pour lutter contre ce fléau, le recrutement des effectifs de la police et des agents de la Stib a été renforcé en avril 2012.

Le train est toujours le terrain de chasse préféré des voleurs, avec 1.637 cas jusqu'à septembre 2011. Avec 1.049 signalements, le bus public est le second transport où sont concentrés les problèmes du réseau bruxellois. En un an seulement, tram et bus ont connu une augmentation spectaculaire du nombre de faits délictueux : 33 %.

La situation reste en moyenne identique à 2010 dans les trams, avec 1.255 enregistrements. Une consolation cependant : selon les statistiques publiées par le ministère de l'Intérieur fin juillet, les accidents dans le métro diminuent par rapport à l'année précédente. Une réduction de l'ordre de 4 %.

Que représentent ces 5.043 faits signalés ? Neuf fois sur dix, il s'agit de vol ou d'extorsion, pour un total de 4.529 de janvier à septembre 2011. L'évolution du phénomène est inquiétante : sur un an, l'augmentation est de 15 %. Cela fait trois ans que la hausse du délit numéro des transports en commun se poursuit.

Le vol, infraction numéro 1

Parmi les 25 autres catégories reprises dans la base de données des forces de l'ordre, les quatre faits délictueux les plus courants sont tous en diminution sur la période précitée. Les infractions contre l'intégrité physique baissent de 4 % à 138 délits. Avec 43 infractions relevées contre la sécurité publique, ce chiffre reste stable lui aussi. Concernant la législation sur les étrangers et l'infraction contre la foi publique (sic) – contrefaçon, faux témoignage, etc. –, une forte baisse est à signaler : respectivement 33 % et 25 %. Mais l'infraction contre les mœurs augmente de 65 %, avec 36 cas.

Un bémol cependant : ces chiffres demeurent un baromètre. Si les policiers luttent plus efficacement contre un délit précis, cette variable évoluera.