Violence contre les policiers : Picqué veut une justice sévère

Rédaction en ligne

mardi 07 août 2012, 13:49

Le ministre-président bruxellois, Charles Picqué, condamne les incidents survenus lors de contrôles effectués par la police. Il veut que la justice sanctionne avec sévérité, rapidité et efficacité ces actes de violence.

Violence contre les policiers : Picqué veut une justice sévère

Au lendemain et surlendemain de violence subie par les forces de polices bruxelloises attelée à des contrôles d’identité, le ministre-président bruxellois, Charles Picqués réagit.

Pour lui, un mauvais fonctionnement ou un manque de moyen de l’appareil répressif « conduit inévitablement à un sentiment d’impunité qui engendre une gradation dans la gravité des délits commis ». La justice, ajoute-t-il, doit sanctionner rapidement ces actes de violence.

La croissance des faits de violence envers les forces de l’ordre « traduit une opposition à l’exercice de l’autorité dès lors que celle-ci se montre proactive et s’acquitte ainsi d’une tâche essentielle pour la qualité de vie de nos quartiers et des citoyens qui y vivent », note M. Picqué (PS).

Cette situation le conforte dans sa conviction du nécessaire renforcement des forces de police à Bruxelles. Il rappelle à ce propos qu’une campagne de recrutement a d’ailleurs été lancée il y a quelques semaines en collaboration entre la Région bruxelloise et le ministère de l’Intérieur.

« Il est surtout indispensable que la justice sanctionne avec sévérité, rapidité et efficacité ces actes de violence contre des agents chargés de l’ordre public. Les auteurs de tels délits ne peuvent être relâchés sans être poursuivis », dit encore le ministre-président.

APS avec Belga