Mort de cinq poulains à l’abandon

L. P.

samedi 21 avril 2012, 17:06

Mort de cinq poulains à l’abandon

La triste fin de cinq chevaux est sans doute due à une négligence involontaire Après la mort du fermier, sa fille et héritière affirme qu’elle n’était pas au courant de leur situation © D R

Ce sont des plaisanciers amarrés dans le port de Péruwelz qui, mercredi soir, ont alerté la SPA Veeweyde. « Depuis plusieurs semaines, explique Cécile Gosseye, inspectrice à la Société protectrice des animaux, ces personnes voyaient ces chevaux livrés à leur triste sort, sans autre nourriture que l’herbe rase de la prairie. Et pour boire, ils n’avaient que l’eau d’un rieu. Voyant les bêtes décliner, elles leur ont donné du foin ou des carottes… »

Mais les poulains, surtout, ont montré d’inquiétants signes de faiblesse… « Quand je suis arrivée mercredi soir, poursuit Cécile Gosseye, deux poulains étaient couchés sur le flanc, mais ils respiraient encore. En raison de l’heure, on ne pouvait plus faire grand-chose… » Le lendemain, quatre cadavres jonchaient la prairie. Un cinquième a été découvert près de la ferme en décrépitude. Vendredi matin, les poulains morts ont été évacués par le clos d’équarrissage. Deux d’entre eux ont été confiés à un service de l’Afsca (Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire), à des fins d’autopsie.

« Les résultats devraient être connus à la fin de la semaine prochaine, précise l’inspectrice. Car la mort foudroyante des animaux est interpellante. L’absence de soins n’explique pas pourquoi ils sont tous les cinq “tombés comme des mouches ”. Peut-être conviendrait-il aussi d’analyser les eaux du rieu. »

Les six autres chevaux du troupeau ne sont guère en meilleure forme… « Tous souffrent de boiterie, dit Cécile Gosseye, et parmi eux, il y a une jument pleine, elle aussi en piteux état. À l’abandon, ces chevaux sont également devenus asociaux, ne se laissant plus approcher par les hommes. Ils reconnaissaient cependant les plaisanciers qui venaient les nourrir… »

Qui est responsable de ces mauvais traitements ? « Il s’agit vraisemblablement d’une négligence involontaire après la mort du fermier, répond la représentante de Veeweyde. Sa fille qui a hérité du domaine affirme qu’elle n’était pas du tout au courant de la situation des chevaux. »

La SPA comptait prendre en charge les animaux rescapés. Mais ce vendredi, ils n’étaient plus dans la prairie, la propriétaire les ayant fait évacuer. Le parquet de Tournai a été informé de leur « disparition. »