Plus de SDF ont été accueillis durant l'hiver

MATHIEU COLINET

mercredi 02 mai 2012, 08:59

Charleroi. Lors du bilan hivernal, le Relais social a déclaré son inquiétude concernant les chantiers de la Ville Basse. En particulier la dispersion des squatteurs et la hausse des loyers.

Plus de SDF ont été accueillis durant l'hiver

Lors de l’hiver passé, la solidarité en faveur des sans-abri ne s’est pas démentie © AVPRESS

Notre crainte, c'est de perdre le contact », affirme Emmanuel Nicolas, coordinateur adjoint du Relais social de Charleroi. La fermeture d'un squat signifie le départ de ses occupants. Les éducateurs doivent alors se mettre à leur recherche pour continuer avec eux le délicat travail qui consiste à tenter perpétuellement de les ramener vers les structures d'aide. »

Les responsables du Relais social de Charleroi, la structure qui coordonne dans la métropole le travail auprès des plus démunis, faisaient jeudi dernier face à la presse le bilan des efforts accomplis durant la dernière période hivernale.

Ils ont débordé sur des considérations propres au futur visage de la Ville Basse. Les chantiers programmés les inquiètent. L'arrivée des engins de génie civil provoquera selon eux la dispersion des squatteurs alors que le renouveau annoncé du quartier a déjà entraîné la hausse des loyers. « Les gens que nous aidons sont parfois à dix sur un seul appartement tant les loyers abordables se font rares », explique Sophie Crapez, présidente du Relais social.

Durant l'hiver 2011-2012, la structure a plutôt bien géré l'aide aux plus démunis. Sur l'ensemble de la période, les abris de nuit ont accueilli selon des fréquences variables 758 personnes. « Davantage que les années précédentes, note Suzanne Huygens, coordinatrice du Relais social. Mais cela représente moins de nuitées. »

Un abri de nuit a été ouvert à La Louvière cet hiver. Son inauguration a permis sans doute de réduire les chiffres de fréquentation sur Charleroi. « La période la plus froide a duré moins longtemps également, affirme Suzanne Huygens. L'aide citoyenne a joué. Enfin, un projet de relogement a permis de sortir de la rue plusieurs personnes SDF. »

Une mosquée, un temple et un athénée ont joué cet hiver la carte de la solidarité. Ils ont ouvert leurs portes aux sans-abri durant toute une période suite notamment à l'appel lancé par la RTBF. Leur aide a été précieuse. À plusieurs reprises, les abris de nuit officiels ont en effet été contraints de refuser du monde, faute de places en suffisance.