« Vues sur murs »

CAROLINE DUNSKI

mardi 29 mai 2012, 09:19

La Louvière. Douze artistes adeptes du street art sont invités par le Centre de la gravure et de l'image imprimée. Leurs oeuvres entrent au musée, mais débordent dans les rues louviéroises.

« Vues sur murs »

Pour l’exposition « Vues sur murs », le Centre de la gravure a invité 12 artistes belges et internationaux © AVPRESS

Les trois étages du Centre de la gravure et de l'image imprimée ont des allures d'espaces urbains. Si, par définition, le « street art » est né dans la rue, et a pu, un temps, constituer une mise en cause de la galerie d'art ou du musée comme lieu d'exposition, il a depuis trouvé place dans ces mêmes lieux qui le reconnaissent désormais comme art à part entière. Pour l'exposition « Vues sur murs », le Centre de la gravure a invité 12 artistes belges et internationaux. Dans la pléthore de démarches d'art urbain, il a choisi l'imprimé. Les gravures, affiches, pochoirs, autocollants, mosaïques… des artistes invités débordent largement du musée pour s'offrir sur les murs de la ville.

« J'entre pour la deuxième fois dans un endroit officiel. Ça fait plaisir, ça fait du bien, mais je reste attaché à la rue qui est un peu mon terrain de jeu », confie Muga, artiste belge. Sur un mur du 2e étage, son collage immense montre une femme qui incarne la peur et entre en interaction avec les immeubles miniatures peints sur colonnes par l'Allemand Evol. Dans son atelier, ce dernier travaille sur support de carton, mais dans les villes telles Berlin, Londres ou Stavanger en Norvège, il s'empare de cabines électriques qu'il transforme en immeubles rappelant les préfabriqués de l'ère soviétique. Evol explique qu'il aime tant le travail en atelier que dans la rue : « Dehors, c'est pour le fun. »

L'exposition permet aussi de découvrir les coulisses de la création. Le Tournaisien Denis Meyers a apporté les matrices de ses stickers et ses multiples carnets de croquis. Obêtre qui, entre ses multiples voyages, vit et travaille à Bruxelles, a trouvé dans l'expo « l'occasion de travailler la gravure et l'impression de manière originale, en jouant de la persistance rétinienne, par exemple. » Les Italiens Sten & Lex créent des pochoirs-affiches dont la matrice est détruite et intégrée à l'œuvre elle-même. Vous en verrez une série au musée et une création originale gigantesque sur le mur d'un parking de grande surface au centre-ville. Mercredi, deux enfants qui prennent part aux ateliers du Centre de la gravure s'attelaient à décoller les bandes de papier pour faire apparaître l'image. Des stages estivaux de street art pour enfants, ados et adultes se tiendront à La Louvière. Alors, jusqu'au 2 septembre, tous dans la rue !

Centre de la gravure (10, rue des Amours) – 067-27.87.27 – Un plan indiquant l'emplacement des œuvres dans la ville est disponible à l'accueil.