Le musée de la route va déménager

SANDRA DURIEUX

mercredi 13 juin 2012, 10:56

Mons. Il va intégrer in nouveau bâtiment de 2.000 m² qui sera construit à Leuze à côté du musée Mahymobiles. un pôle muséal destiné à la route et à l'automobile sera ainsi créé et devrait permettre de doper la fréquentation des deux musées.

Le musée de la route va déménager

Coincée dans les casemates de Mons, la collection d’engins de génie civil est peu mise en valeur © avpress

Mille visiteurs les années fastes. Le musée de la route, coincé dans les casemates de la place Nervienne à Mons, n'est pas le plus populaire de la ville. Ouvert durant quelques heures un dimanche par mois, il n'offre pas les meilleures conditions pour découvrir son importante collection d'engins de génie civil destinés à la construction routière. « Nous sommes très mal situés, explique Bruno Vanmol, qui a créé le musée et qui, à près de 80 ans, en est toujours le conservateur passionné. À cause de la circulation, nous ne pouvons déplacer les engins que le dimanche après-midi. Un parking sauvage s'est installé le long des casemates. Les automobilistes n'hésitent pas à bloquer les portes des garages pour se garer. » Alors, quand on évoque l'idée de déménager son musée à Leuze dans un tout nouveau bâtiment qui sera construit à côté du musée de l'auto Mahymobiles, l'homme ne peut que se réjouir.

« C'est un projet dont on parlait depuis dix ans, confie-t-il. On n'osait imaginer qu'il allait se concrétiser car il s'agit d'un gros investissement pour un petit musée comme le nôtre. » Le gouvernement wallon, sur proposition du ministre Paul Furlan (PS), vient en effet d'accorder un subside de 805.000 euros à la commune de Leuze-en-Hainaut pour l'aménagement des abords du musée Mahymobiles et l'implantation du « Centre d'interprétation de la route », le nouveau nom du musée montois, dans un tout nouveau bâtiment de 2.000 m2 qui sera construit juste à côté du musée de l'auto. « Ce Centre mettra en relief l'histoire de la construction routière comme élément fondamental des progrès accomplis, particulièrement au 20e siècle », explique Paul Furlan. 700.000 euros seront nécessaires pour la construction du nouveau bâtiment. Ensuite, il faudra encore aménager l'intérieur et imaginer une scénarisation qui manquait tant à Mons. « En 25 ans, nous sommes passés de 50 à 200 engins de collection. Nous ne pouvions pas tous les montrer faute de place et de possibilité de manœuvres. Nous disposerons de cet espace à Leuze, pour 2015 au plus tard, j'espère. »

Mahymobiles plus accessible

L'objectif de cet important investissement wallon est évidemment de dynamiser les deux musées. Mahymobiles, qui dispose d'une des plus belles collections d'Europe avec plus de 1.000 véhicules, ne draine que 5.000 visiteurs annuels. La faute principalement aux abords du musée qui ne dispose pas d'un accès direct de la chaussée. « Les gens se perdent dans la ville de Leuze, soupire Yvan Mahy qui veille sur la riche collection familiale. Et le musée est invisible de la route. Ces aménagements doivent permettre d'améliorer tout ça. » Logiquement réunis sur un même site, les musées de l'auto et de la route travailleront évidemment de concert pour offrir des visites communes riches qui devraient doper considérablement leur fréquentation.