Les déchets mieux traités

DIDIER ALBIN

lundi 25 juin 2012, 09:09

En 2011, la production de déchets est repartie à la hausse. La proportion de déchets triés en vue d'un recyclage flirte avec les 60 % soit 491 kilos par habitant et par an. Les parcs à conteneurs ont enregistré près de 800.000 visites sur l'année.

Les déchets mieux traités

résultats des ramassages en porte à porte : une moyenne de 20 kilos de verre, 39 de papiers/cartons et 13 de PMC © RENE BRENY

L'intercommunale de collecte et de destruction des immondices de Charleroi (ICDI) vient de présenter son dernier rapport d'activité : en 2011, la production de déchets est repartie à la hausse dans les communes de la zone. Après une décroissance progressive de leur tonnage depuis 2007, les collectes ont connu une augmentation de 2 %.

en chiffres

92 % Sur les 102.214 tonnes de déchets collectés par l'ICDI, 92 % sont traités et valorisés dans son usine d'incinération de Pont-de-Loup

50.000 En 2011, l'intercommunale a organisé 495 animations pédagogiques sur la prévention des déchets.

25 millions Le coût de traitement des déchets pour l'ensemble de la zone

(420.000 habitants)

La production annuelle par habitant est revenue à son niveau de 2010, soit 188 kilos. Au cours des 5 dernières années, c'est la quantité la plus élevée jamais collectée sur le territoire. « Si cette évolution rejoint une tendance largement répandue au sud du pays, elle s'explique également par un report des collectes de fin décembre 2010 », explique le directeur général Olivier Bouchat. Il faut se rappeler que d'importantes chutes de neige avaient immobilisé les camions une semaine. Les tournées de ramassages prévues entre les fêtes avaient dû être différées à début janvier. En outre, la proportion de déchets triés en vue d'un recyclage par matière est restée stable à environ 60 %, ce qui porte le volume à 491 kilos par habitant par an. Le directeur général de l'ICDI aime à le souligner : cette performance des collectes sélectives est certainement le produit d'un travail de prévention soutenu. C'est aussi le résultat d'un nouveau mode de répartition des coûts de traitement entre les communes. Il apparaît que la proportion s'est inversée par rapport à ce qu'elle était début 2000. Les volumes déposés dans les parcs de recyclage et les centres de transit ont également grimpé : la hausse de 8 % représente quelque 230 kilos par habitant par an.

En termes de fréquentation, les parcs ont enregistré près de 800.000 visites sur l'année et concerné 52 % des ménages. Le rapport fait apparaître que les dépôts ont surtout été constitués d'inertes (44 %), de déchets verts (17 %), d'encombrants (13 %) et de résidus de bois (11 %). Les ramassages en porte à porte ont permis de collecter une moyenne de 20 kilos de verre (+8 % par rapport à 2010), 39 kilos de papiers et cartons (+7 %) et 13 kilos de PMC (+12 %). Le tri des PMC a donné lieu à un taux de résidus en très légère croissance (12,4 % contre 12 %), celui-ci restant bien en deçà de la moyenne wallonne de 15,9 %. La dernière bonne nouvelle de ce rapport, c'est que la fraction de déchets évacués en décharge ne représente plus que 1 % du total : 57 % ont été recyclés et 42 % incinérés avec une valorisation énergétique.