Le ballet des hippopotames

BRUNO DEHENEFFE

jeudi 16 août 2012, 09:52

Brugelette. Emilio et sa compagne, les deux hippopotames de Pairi Daiza, ont investit un nouveau bassin. Derrière l'imposant vitrage, le spectacle est magique. La nouvelle attraction fait le plein de visiteurs.

Le ballet des hippopotames

Installée d’un seul tenant, la plus grande baie vitrée d’Europe permet de voir nager sous l’eau les hippopotames de Pairi Daiza © coralie cardon

En cette période estivale, le parc Pairi Daiza enregistre une affluence record. L'ouverture en juin dernier de l'espace africain n'est certainement pas étrangère à ce déferlement massif de visiteurs.

Au cœur de ce nouveau monde qui, à ce jour, représente le plus gros investissement du parc animalier depuis sa genèse au début des années 90, petits et grands peuvent assister depuis peu à un spectacle de toute beauté : la trempette sous-marine des hippopotames. Emilio et sa compagne Néma qui scrutent l'arrivée de nouveaux congénères vous invitent à découvrir leur nouveau bassin sous un angle tout à fait insolite. Un peu comme pour les otaries, il est à présent possible de les voir nager sous l'eau derrière un des plus grands vitrages du monde. Jusqu'alors, il fallait être sacrément verni pour apercevoir ce couple d'hippopotames qui, avant de rejoindre sa destination définitive, prenait un malin plaisir à jouer à cache-cache cache avec la gent humaine au pied du grand baleinier. « Voilà des années que je rêvais de leur offrir cette gigantesque piscine », confie Eric Domb, fondateur de Pairi Daiza.

Désormais, nos amis les hippos ne sont plus seulement visibles sur le plancher des vaches. Eric Domb et son équipe ont fait en sorte de permettre au public de les observer dans leur environnement aquatique grâce à l'installation d'une paroi en verre unique en Europe.

Et devant l'immense glace, le spectacle est extraordinaire, pour ne pas dire surréaliste. « Nos visiteurs ont le privilège de voir évoluer des hippopotames comme ils ne pourraient même pas l'imaginer lors d'un safari africain. » Une fois dans l'élément liquide ces gros herbivores, affichant trois tonnes sur la balance, donnent vraiment l'impression de défier les lois de la pesanteur. Ils se déplacent avec la légèreté d'une plume et leur grâce n'a rien à envier à celle d'un petit rat de l'opéra.

Si ces mammifères ont certes encore bien des efforts à accomplir pour nager aussi vite que l'Américain Michaël Phelps, un petit coup de rein suffit à les propulser, tel un sous-marin, à la surface pour respirer. « Ils sont très jouettes et ont compris qu'on les regardait de l'autre côté de la surface transparente. Ils se collent contre la vitre, écrasent leur museau et ouvrent leur gueule. »

Un vrai régal, le show des hippos, pour les amateurs de photos !