La marche blanche d'un membre FN

PIERRE MOREL ET HUGUES DORZEE

jeudi 15 décembre 2011, 17:05

C'est un membre du FN qui a demandé à la ville de Liège de pouvoir organiser une marche blanche « apolitique, digne et calme ». Il est fort à craindre que la « dignité » soit entachée en l'occurrence d'un fort relent de récupération politique.

La marche blanche d'un membre FN

© Le Soir

Organiser une marche blanche « apolitique, digne et calme », ce samedi, dès 13 heures, sur la Place Saint-Lambert ? L'idée a été lancée par un habitant de Frameries, Cédric Houbrix, 29 ans, DJ de profession. Celui-ci entend ainsi « rendre hommage aux victimes de cet acte odieux » et marquer son « soutien aux familles ainsi qu'à toute la population liégeoise » (…).

L'intéressé n'est pas aussi « apolitique » qu'il ne le prétend. En effet, le 13 juin 2010, M.Houbrix était 3ème candidat sur la liste du Front national, dans l'arrondissement du Luxembourg. La liste avait été officiellement déposée auprès du bureau principal de circonscription, à Arlon. Mais finalement, le FN n'avait pas participé à l'élection dans cette région. M. Houbrix s'est également présenté comme « secrétaire FN pour la Province du Luxembourg ». Et le 30 novembre dernier, l'intéressé ne cachait pas ses convictions sur Facebook. Il écrivait noir sur blanc : « Pour que stop le cirque politicomaguouilleur actuel il est temps de priver de vos vote que ce soit le PS, CDH, MR, Ecolo.... osez le changement, l'unique solution FN/Nation ».

L'intéressé, qui entend organiser cette « marche blanche » avec sa compagne Harmony De Greef, a donc pris contact avec la Ville de Liège. Ce jeudi, la demande d'autorisation de manifestation était à l'étude par les services de police liégeois, « en collaboration avec les Renseignements généraux ». La police transmettra ensuite un avis à l'autorité administrative, soit le bourgmestre, qui doit décider d'autoriser ou pas la manifestation. Ceci dit, au cabinet du bourgmestre, dans l'ignorance du pedigree de Cédric Houbrix, on signalait jeudi matin que « toute manifestation visant à rendre hommage aux victimes est la bienvenue, si elle se fait dans le calme et la dignité ». Mais il est donc fort à craindre que la « dignité » soit entachée en l'occurrence d'un fort relent de récupération politique.