Meister Sprimont : les syndicats portent plainte

Rédaction en ligne

lundi 27 février 2012, 17:29

Les syndicats représentant le personnel de Meister Benelux (Sprimont) ont déposé plainte en front commun, pour dénoncer des « agissements indignes d’un état démocratique ». La justice ouvre une information judiciaire.

Meister Sprimont : les syndicats portent plainte

Michel Tonneau

Ils ont également rencontré l’avocat de la direction pour évoquer l’avenir. « Nous avons rencontré l’auditeur du travail de Liège, et nous avons déposé plainte au civil et au pénal », explique Gabriel Smal, secrétaire principal CSC Metea. « L’épreuve de force dont nous avons été victimes relève du jamais-vu et ne peut rester sans suite. Ces actes s’apparentent à de véritables méthodes terroristes et de sauvageries totalement inconnues dans notre système de concertation sociale ».

Les syndicats ont ensuite rencontré l’avocat représentant la direction pour évoquer des pistes qui permettraient de renouer le dialogue social et relancer l’entreprise, actuellement à l’arrêt pour des raisons techniques. Un administrateur provisoire pourrait notamment être désigné.

Dimanche, une vingtaine d’hommes, qualifiés de « milice privée » par des témoins, ont envahi le site de Sprimont dans l’intention d’emporter du matériel « de gré ou de force ». Une centaine de travailleurs et de syndicalistes se sont postés devant l’usine pour bloquer toute sortie de convoi. Les hommes, engagés par la direction, ont été évacués durant la nuit par la police. Deux travailleurs ont été agressés, et du matériel de production cassé.

La justice liégeoise ouvre une information judiciaire

Reynders, a ouvert une information judiciaire à la suite des incidents qui se sont produits dans la nuit de dimanche à lundi, sur le site de l’entreprise Meister à Sprimont, a-t-elle indiqué à l’agence Belga, confirmant une information relayée sur le site internet de La Libre Belgique. Cette information judiciaire s’appuie sur trois plaintes qui sont parvenues au parquet de Liège.

« Trois ouvriers ont porté plainte pour coups et blessures à la suite de l’intervention d’une milice privée sur le site de l’entreprise liégeoise », a confirmé le parquet de Liège. « Plusieurs sociétés voisines de la société Meister ont également déposé plainte mais pour l’enlèvement de palettes de marchandises qui ont été utilisées par les travailleurs pour se réchauffer devant le site de l’entreprise », a ajouté Danièle Reynders. « La troisième plainte concerne l’intervention d’une milice privée venue d’Allemagne. Selon la loi Tobback, les sociétés de gardiennage doivent obtenir une autorisation pour opérer sur le territoire belge. Les sociétés, belges ou étrangères, qui ne disposent pas de cette autorisation tombent sous le coup de la loi sur les milices privées et sont passibles de poursuites judiciaires. »

(P.VA avec Belga)