Bodart : « Le braquage, la pire bêtise que j’ai jamais réalisée »

Rédaction en ligne

lundi 19 mars 2012, 15:05

Gilbert Bodart, ancien gardien de but du Standard et actuellement entraîneur à Tilleur, a comparu devant le tribunal correctionnel de Liège pour répondre du braquage commis en 2008 aux Grottes de Han.

Bodart : « Le braquage, la pire bêtise que j’ai jamais réalisée »

©Belga

En difficultés financières, Gilbert Bodart avait participé à l’organisation du braquage des grottes de Han au printemps 2008. Le tribunal a entamé lundi l’examen de ce dossier qui nécessitera encore au moins trois audiences. En plus de Gilbert Bodart, 16 autres prévenus ont été renvoyés devant le tribunal.

Gilbert Bodart avait été arrêté à la suite du braquage des bureaux des Grottes de Han-sur-Lesse au printemps 2008. Il venait d’être engagé à cet endroit et avait participé à l’organisation d’un braquage à la fermeture des lieux. Le préjudice était supérieur à 52.000 euros.

Outre ce braquage, Gilbert Bodart se voit reprocher d’autres faits qui correspondent au début de ses déboires financiers. Le dossier évoque notamment ses relations peu recommandables avec un homme de La Louvière qui lui a fait contracter un emprunt de 60.000 euros auprès d’une banque (tenue par un dirigeant du club de Wevelgem) en échange d’une commission. Cet emprunt était garanti par des titres issus du braquage d’un fourgon.

Le dossier évoque aussi des investissements douteux dans une société en Roumanie et des pressions exercées sur un homme qui n’aurait pas remboursé une somme promise.

Gilbert Bodart est également suspecté d’avoir participé à un système de fausse monnaie mais il nie ces derniers faits. Pour se justifier des faits, il a évoqué sa naïveté et un engrenage qui lui a été fatal. La prochaine audience aura lieu le 16 avril.

Gilbert Bodart affirme qu’il n’a pas de dettes de jeux

Gilbert Bodart, poursuivi pour le braquage des Grottes de Han, a affirmé lundi au cours de son interrogatoire devant le tribunal correctionnel de Liège qu’il n’a pas de dettes de jeux. Il a aussi reconnu qu’il joue encore actuellement de manière modeste au poker et qu’il envisage de s’expatrier à l’étranger dans un an comme entraîneur de football.

Gilbert Bodart a affirmé qu’il regrettait d’être entré dans un engrenage qui l’a conduit à participer à l’organisation de ce braquage. « Ces gens qui m’avaient engagé étaient formidables. Je n’ai pas de quoi être fier de ces faits. C’est la pire bêtise que j’ai réalisée. J’étais bien dans cet emploi mais j’avais aussi la corde au cou », a-t-il annoncé.

Gilbert Bodart, qui refuse que la presse diffuse des photos de lui, estime avoir été accablé parce que les journalistes ont écrit sur lui. Il affirme qu’il n’a pas eu de dettes de jeux.

« J’ai commencé à jouer à 36 ans, alors que j’étais à Bordeaux, mais j’ai joué l’argent qui était en ma possession », a-t-il précisé. Gilbert Bodart ne s’est pas fait interdire de casino. Il a révélé qu’il fréquente toujours certains tournois de poker dans des casinos et qu’il y joue des sommes modestes de 30 euros. « Car j’ai besoin de cette adrénaline », a-t-il encore ajouté.

Gilbert Bodart a également annoncé que sa carrière a été mal gérée par un banquier et un entourage qui lui ont soutiré plusieurs dizaines de millions d’euros. Dernièrement, il a travaillé comme serveur de café à Huy contre un salaire de 1.500 euros par mois. Il dépend actuellement de la mutuelle car il souffre d’algodystrophie au pied. Il est également entraîneur à Tilleur et tente de monter une association pour jeunes en difficultés.

« Mon objectif est de rester encore un an en Belgique puis d’aller à l’étranger, le plus loin possible, pour gagner de l’argent et rembourser ce que je dois », a-t-il enfin annoncé.

Belga