Les enfants chez les serpents

LAURENCE WAUTERS

mercredi 11 avril 2012, 09:11

L'ASBL prend soin de quelques 300 nouveaux animaux de compagnie. Ces serpents, mygales et autres varans sont bien souvent abandonnés. L'ASBL Crusoé lutte contre ce phénomène.

Les enfants chez les serpents

Ce mardi, la pluie frappe sur les serres de l'Observatoire du monde des plantes, dans les murs de l'ULg au Sart-Tilman. Mais bien au chaud, dans ce lieu à part peuplé de plantes exotiques, les 24 enfants qui y mangent leur dix-heures ont l'impression d'être ailleurs. Ils quitteront ce petit paradis tropical vendredi, non sans avoir appris sur les nouveaux animaux de compagnie.

Dans ces serres, l'ASBL « Crusoé » prend soin de quelque 300 serpents, mygales et autres varans, dont beaucoup proviennent d'abandons ou de saisies. Seuls les animaux « libérés », c'est-à-dire définitivement confiés à l'ASBL, sont installés dans les terrariums accessibles au grand public. Les serres se remplissent d'année en année d'animaux ainsi récupérés. Ils sont toujours plus nombreux, la mode des NAC ne s'essoufflant pas…

Comprendre ces animaux

C'est pour faire face à ces abandons qu'est venue l'idée de s'adresser aux enfants : « Le but est de les sensibiliser au problème des NAC, explique Christelle Vanwarbeck, coordinatrice de l'ASBL. Qu'ils retiennent que ce genre d'animaux réclame un entretien particulier, et que s'il est facile de partir en vacances en demandant à Mamy de nourrir le chat, elle ne le fera peut-être pas pour un varan ! Il faut qu'ils sachent aussi qu'une petite tortue mignonne peut être agressive une fois grande ! ». Et la coordinatrice de conclure : « Ce sont les adultes de demain, c'est à eux que nous devons nous adresser. »

Chaque jour du stage est consacré à une famille d'animaux. Ce mardi, les 7-12 ans ont ainsi découvert le serpent. D'abord via des explications des responsables de l'ASBL, ensuite avec un petit documentaire pour bien capter leur attention. Ils ont appris de quoi ils se nourrissent, à quelle température ils doivent être maintenus, à quel taux d'humidité ils sont habitués. Ils pourront aussi toucher un pogona, petit lézard inoffensif, ainsi qu'un serpent des blés. Les autres bêtes à sang-froid, ils les verront de près, mais derrière la vitre…

« Ce que je préfère, ce sont les serpents », confie Adam, 13 ans, jeune motivé pour qui c'est le cinquième stage dans ces lieux. « J'ai entendu plusieurs fois la même chose, mais comme ça, je retiens ! », ajoute Samuel, 11 ans, autre habitué. Pour Manon, 9 ans, une des trois filles du stage, c'est une première : « J'aime tous les animaux, et on connaît moins ceux-là… C'est chouette de les voir de près. »

Ici, on apprend à les aimer. Et mieux les aimer, c'est les laisser en liberté dans leur pays d'origine. « Le premier jour de stage, on leur demande qui veut un NAC et ils lèvent presque tous la main, confie la coordinatrice. Le dernier jour, il n'y en a plus qu'un ou deux qui lève le doigt… »