La Région revend les Prés de Tilff

GEOFFREY WOLFF

mercredi 25 avril 2012, 10:35

Esneux. Le centre de loisirs de Tilff va-t-il revivre ? Il y a en tout cas un espoir. Si la Région wallonne vend, l'ancien gestionnaire est preneur. L'affaire n'est pas encore conclue. Le pont de Tilff ne pose plus problème.

La Région revend les Prés de Tilff

L’ancien gestionnaire privé est d’ores et déjà intéressé par l’achat et la relance du site de loisirs © Michel Tonneau

Après celui du pont, c'est un autre gros dossier qui pourrait se décoincer dans les prochaines semaines à Tilff. Interpellé hier en commission du parlement wallon par le député-bourgmestre d'Aywaille et président de l'ASBL de gestion du site, Philippe Dodrimont (MR), le ministre Paul Furlan (PS) a annoncé en effet son intention de revendre le site au privé, dès que possible.

« Le ministre estime que les Prés de Tilff coûtent trop cher, explique Philippe Dodrimont. Il a rappelé tous les chiffres relatifs aux frais de fonctionnement et aux subventions d'investissement consenties ces dernières années. On arrive à près de 4,5 millions d'euros, ce qui est énorme et cela ne couvre pas encore la totalité. » Or, pour redémarrer, le complexe devrait encore bénéficier de lourds travaux de remise en état, suite notamment à une importante fuite d'eau localisée dans un des bassins. C'est d'ailleurs notamment l'absence de réaction de la Région face à ce problème qui avait fait fuir les gestionnaires privés du site en 2010.

Mais les choses pourraient bien changer maintenant.

« Ces gestionnaires étaient déjà candidats à une reprise éventuelle des Prés, poursuit Philippe Dodrimont. Le ministre a donc demandé à les rencontrer rapidement. Et d'après un contact que j'ai déjà eu avec eux, ils sont toujours preneurs. »

L'obstacle du pont est levé

Les choses pourraient, donc, et d'autant mieux que l'autre obstacle majeur à la reprise en main du site est maintenant également levé. « Dans le cadre du remplacement du pont de Tilff, le projet de contournement prévoyait l'expropriation d'une partie des Prés de Tilff ainsi que l'élargissement de la voirie, ce qui supprimait de nombreuses places de parking. Maintenant, avec la solution proposée par le ministre Di Antonio, les éventuels futurs gestionnaires ont donc tous leurs apaisements de ce côté-là. » Si l'affaire n'est pas encore conclue, l'espoir de voir le complexe de loisirs tilffois sauvé est donc de nouveau de mise. Reste à voir maintenant si les deux parties parviendront à s'arranger. Une étape cruciale, qui devrait être franchie dans les prochaines semaines, lorsque les candidats à l'acquisition et le ministre Furlan se rencontreront pour évoquer l'avenir de ce site que beaucoup croyaient voué à la décrépitude.