Jarfi a-t-il été victime d'un crime homophobe ?

Rédaction en ligne

jeudi 03 mai 2012, 21:46

« Le caractère homophobe de l'agression est bien avéré », selon Arc-en-Ciel Wallonie. Le corps sans vie d'Ishane Jafri avait été découvert dans un champ dans un bois. Trois personnes ont été placées sous mandat d'arrêt.

Ihsane Jarfi, 32 ans, avait disparu dans la nuit du 22 au 23 avril après avoir passé la soirée dans une boîte homo du centre de Liège. Il avait alors accepté de monter dans une voiture à bord de laquelle se trouvaient quatre hommes. Son corps a été retrouvé mardi dans un champ isolé, près de Nandrin. Il a été « frappé à mort », a indiqué une porte-parole du parquet de Liège, Valérie Schaaps.

« Le caractère homophobe de l'agression d'Ihsane Jafri est avéré, selon nos informations », a déclaré Vincent Bonhomme, de l'association Arc-en-Ciel Wallonie. « Il s'agit du premier meurtre homophobe en Belgique, ce qui nous amène à penser que l'homophobie est sous-estimée par la population et les pouvoirs publics, qui doivent proposer un plan de lutte contre la discrimination. »

« Il ne s'agirait probablement pas du premier meurtre homophobe mais du premier qualifié comme tel. La police et les parquets sont obligés, depuis 2006, de noter officiellement dans la procédure de traitement de la plainte que le délit a été inspiré par l'homophobie, quand la victime le leur signale » nuance Edouard Delruelle, directeur-adjoint du Centre pour l'égalité des chances et la lutte contre le racisme.

Le parquet ne retient pas pour le moment le caractère « homophobe »

Trois suspects ont été interpellés le 30 avril et inculpés de « détention arbitraire » et de « coups » a précisé la représentante du parquet, qui réclamera vendredi que leur inculpation soit requalifiée en « assassinat ». Un quatrième homme recherché a été interpellé jeudi. Le parquet « ne retient pas à l'heure actuelle » la discrimination comme mobile du meurtre, a précisé Mme Schaaps. « Les suspects font état de propositions homosexuelles faites par la victime, mais on n'a pas d'éléments à l'heure actuelle disant que c'était le mobile premier du crime » Deux des quatre suspects sont « Connus de la justice pour des faits de violence grave et gratuite » a-t-elle indiqué. Jugeant qu'il s'agit de « bagarreurs » la représentante du parquet estime qu'ils « voulaient 'chercher misère' à quelqu'un mais que ce n'était nécessairement dirigé à l'égard d'un homosexuel dès le départ »

Milquet « bouleversée »

Dans un communiqué, Ecolo a plaidé pour que « la lutte contre les discriminations et les violences homophobes devienne une véritable priorité nationale ».

« Le PS appelle à la plus grande fermeté par rapport aux auteurs de ce crime ignoble. Un crime homophobe, à l'instar de toutes les violences dictées par des motifs racistes ou discriminatoires, est tout simplement insupportable dans notre société démocratique », a réagi le président du PS, Thierry Giet.

« Si la justice devait confirmer qu'il s'agit en outre d'un crime homophobe, nous serions confrontés au franchissement intolérable des frontières d'une nouvelle forme abjecte de haine de la différence de l'autre, légitimant la nécessité de mesures fortes » a indiqué la ministre de l'Intérieur, Joëlle Milquet, qui s'est dit « particulièrement touchée et bouleversée ».

(avec afp et Belga)