Le Vin de Liège sera servi en 2016

ANNE-CATHERINE DE BAST

lundi 14 mai 2012, 09:12

Viticulture. Premiers pieds plantés.

Pas encore de « Vin de Liège », au bar de fortune implanté sur le vignoble d'Eben-Emael, ce samedi. Mais puisque les premiers pieds de vigne sont plantés, il fallait marquer le coup : les responsables du projet ont organisé une fête des plantations, histoire de rappeler que leur projet est bel et bien sur les rails et que la première cuvée devrait être commercialisée en 2016. « Nous avons planté 6 hectares de vignes cette année, soit 30.000 pieds, à Eben-Emael et à Heure-le-Romain, indique Alec Bol, administrateur délégué de la coopérative Vin de Liège. Nous comptons en planter 6 de plus l'an prochain, mais nous sommes toujours à la recherche d'un terrain. » Les viticulteurs souhaitent exploiter quelques hectares sur les coteaux de Liège. « C'est le plus symbolique pour montrer que la viticulture renaît dans la région ! », s'exclame Alec Bol. Mais ils se heurtent actuellement à deux obstacles : l'opposition des riverains, qui craignent notamment l'utilisation de pesticides dans leur quartier, et l'existence d'un projet concurrent, celui de la multinationale Vranken Pommery. « Les gens confondent souvent les deux projets, alors qu'ils n'ont rien à voir, précise l'administrateur

délégué. Nous, nous voulons faire de l'agriculture biologique. Nous avons décidé d'être productifs et coopératifs en proposant à Vranken Pommery de travailler ensemble : cultiver selon nos valeurs et partager la récolte. Mais actuellement, nous n'avons pas eu de retour. »

Épargne citoyenne

Au-delà de son objectif environnemental, Vin de Liège se définit par son caractère social. Pour réunir les deux millions d'euros nécessaires à la réalisation du projet, les initiateurs ont fait appel à des coopérateurs, des particuliers qui ont acquis des parts de 500 euros. « Il s'agit d'une épargne citoyenne : 400 coopérateurs nous ont permis de récolter 450.000 euros. Il s'agit d'un modèle économique alternatif qui fonctionne ! Nous sommes toujours à la recherche de personnes intéressées par le projet pour atteindre 650.000 euros. » Et mettre, d'ici à 2016, 80.000 bouteilles de Vin de Liège, essentiellement du rouge, sur le marché.