La « Grande Guerre » commémorée à Liège

PIERRE MOREL

jeudi 24 mai 2012, 09:11

Société.En 2014, on célèbre le centenaire de la Première Guerre mondiale. Liège, par sa résistance acharnée, y joua un rôle majeur. Il faut mettre sur place un programme de commémoration ambitieux.

La « Grande Guerre » commémorée à Liège

L’agglomération liégeoise a joué un rôle majeur dans la guerre 14-18 La ville reçut d’ailleurs à une Légion d’Honneur collective en 1919 © DR

Après Liège 2015 et avant Liège 2017, voici Liège 2014 ! Cette année-là, on célèbre un peu partout le centenaire de la guerre de 14-18, la, hélas ! très mal nommée « der des ders ». Une guerre où l'agglomération liégeoise joua un rôle majeur, qui valut d'ailleurs à la ville une Légion d'Honneur collective en 1919 : « En août 1914, la belle résistance des forts liégeois, pendant une dizaine de jours, ralentit la progression allemande et permit à l'armée française de mobiliser en masse, rappelle l'historien Quentin le Bussy. Ce n'est pas pour rien que c'est à Liège qu'on a érigé le mémorial interallié en mémoire des soldats morts. »

Pour la commémoration, les gouvernements fédéral et régional lanceront des appels à projets qu'ils subsidieront. À Liège, un comité d'organisation de la commémoration, rassemblant l'ensemble des communes, la Province, les mouvements patriotiques et diverses ASBL, a été mis en place pour mettre sur pied un programme.

« Nous en avons déjà tracé quelques grandes lignes, avec l'aide de l'historienne Laurence Van Ypersele, spécialiste de la Première Guerre mondiale, souligne le député provincial (PS) Paul-Emile Mottard, qui préside ce comité d'organisation. On devrait ainsi organiser un grand colloque à l'Université de Liège, mettre sur pied une expo au Musée de la Vie wallonne sur la vie en 1914, mettre au point un dossier pédagogique, offrir un son et lumière sur la place Saint-Lambert. Et les communes les plus emblématiques, comme Visé ou Thimister, ont par ailleurs été sollicitées. »

Une ébauche de programme que le parti Écolo estime, dans une lettre ouverte au bourgmestre de Liège et au président du conseil provincial, encore bien trop lacunaire.

Tous candidats Écolo aux élections communales ou provinciales, les six signataires (1) sont aussi historiens diplômés de l'ULg. Et ils y vont d'une série de propositions complémentaires : création d'une plaque pour les soldats allemands enterrés à Robermont, organisation d'une exposition sur les quatre années d'occupation, d'une exposition artistique au Mamac qui mêlerait œuvres d'artistes de l'époque envoyés au front et d'artistes contemporains.

« Pour les raisons précitées, et aussi dans une optique touristique, Liège doit vraiment faire tourner les regards en 2014 », reprend Quentin le Bussy, un des signataires.

Parmi les propositions, il y a des choses qui peuvent sembler plus anecdotiques mais très symboliques. Par exemple, celle de remettre la statue équestre de Charlemagne dans son axe initial : « La statue était à l'origine tournée vers Aix-la-Chapelle, où l'empereur régna. Après la guerre, on l'a tournée vers la France », rappelle Quentin le Bussy.

Étonnante aussi cette histoire du « café liégeois » : « Ce sont les serveurs de café parisiens qui, en l'honneur de la résistance de Liège, ont renommé ainsi en 1914 le “café viennois” devenu ennemi ! » Les historiens Écolo veulent donc mettre ce café liégeois à l'honneur via un concours culinaire. D'autre part, ils imaginent un concours international pour renouveler la décoration « vieillotte » de la station de métro parisien « Liège » qui, avant guerre, s'appelait Berlin !

« Nous sommes ouverts à toutes les propositions », rassure Paul-Emile Mottard.

(1) Virginie Godet, Caroline Saal, Matthieu Content, Quentin le Bussy, Jonathan Piron, Erwin Moos.