Des avocats bloqueront des salles

LAURENCE WAUTERS

mercredi 13 juin 2012, 11:15

Liège. Les avocats durcissent le ton: ils bloqueront des salles d'audience jusqu'à la fin du mois. Premier piquet ce mercredi. En cause: la rémunération de l'aide juridique.

Il y a un peu plus d'un mois, les avocats liégeois décidaient, comme tous leurs confrères francophones, de suspendre l'aide juridique jusqu'à ce qu'ils soient « entendus » par la ministre de la Justice. La valeur du point, unité de mesure pour la rémunération dans le cadre de l'aide juridique, a perdu 12 % en deux ans. Les avocats pro deo estiment qu'ils ne peuvent plus faire leur travail correctement s'il est aussi faiblement rémunéré…

Mais jusqu'à présent, la ministre n'a pas bougé. Comme prévu, les avocats vont donc durcir le ton en entamant d'autres types d'actions, telles que le blocage de salles d'audience. Une trentaine d'avocats liégeois se mobiliseront dès 8 h 30 ce mercredi au palais de justice de Liège pour un premier « piquet de grève » qui empêchera l'audience de la 12e chambre du tribunal correctionnel de se tenir.

« Nous avons décidé à l'unanimité, le 4 juin lors de l'assemblée générale de l'OBFG (NDLR : Ordre des barreaux francophones et germanophone), d'initier de nouvelles actions telles que celle-là, explique le bâtonnier du barreau de Liège, Eric Lemmens. La colère monte car la ministre de la Justice est extrêmement absente. Son silence est assourdissant depuis le 4 juin ! Pas une main tendue, pas une proposition constructive ! Ce vendredi, elle a décommandé la veille sa présence à une journée d'étude sur l'aide juridique. Et ce lundi, elle devait venir à la Maison de justice de Liège et elle a annulé à la dernière minute… Nous en concluons qu'elle n'a pas le courage d'affronter nos revendications, et cela dans le département dont elle a pourtant la charge. »

Depuis le 9 mai dernier, le bureau d'aide juridique n'a plus désigné d'avocats sauf pour les dossiers concernant des mineurs, des étrangers ou des affaires qui risquent d'être frappées de prescription. Le nombre de dossiers traités a ainsi très fortement diminué : durant les 15 jours qui ont précédé le début de la grève, quelque 948 désignations d'avocats avaient été opérées, rien que pour le barreau de Liège. Les 15 jours après le 9 mai, le nombre est tombé à 142. D'autres actions de blocage de salles ou tribunaux auront lieu ces jeudi et vendredi, puis le lundi 18, le mercredi 20, les lundi et mardi 25 et 26 et enfin le vendredi 29. Les 25 et 26, c'est le tribunal de la jeunesse qui sera visé.