Au camping, pas de place pour l'ennui malgré la pluie

LAURENCE WAUTERS

jeudi 19 juillet 2012, 09:23

Loisirs. Les vacances, ça se passe aussi près de chez soi. A Wégimont, les campeurs apprécient des vacances à l'addition allégée.

Au camping, pas de place pour l'ennui malgré la pluie

Une caravane à l’année, un jardinet soigné, des activités quotidiennes entre campeurs, une soirée dansante par semaine et quelques jeux pour les (petits-)enfants : que faut-il de plus pour être heureux ? © Michel To

Dans la salle communautaire du camping de Wégimont, Joseph Oliveri, quinquagénaire à l'imposant gabarit et au large sourire, circule de table en table, veillant à ce que personne ne manque de rien. Dans la « vraie » vie, il est ouvrier communal à Seraing. Mais les week-ends et les vacances, et ce depuis trente ans, il déménage en famille pour le camping où ils ont une caravane, et Joseph devient « le président », celui de l'ASBL des campeurs de Wégimont.

« Nous avons toujours été campeurs, et quand nous sommes venus ici ça nous a bien plu », se souvient Joseph. « On a d'abord été campeurs saisonniers, puis on a demandé une place à l'année. Il y a une bonne ambiance ici, on se fait des petits programmes d'activités et on s'amuse bien… » Le lundi, c'est ping-pong et poker, le mardi c'est belotte et rami, le mercredi c'est cours de bricolage et ainsi de suite. Le rendez-vous phare ? La soirée dansante du samedi, jusqu'à une heure du matin. Le planning est présenté en français, mais aussi en flamand, insiste le président de l'ASBL : il y a parfois des couples qui se déchirent, des animosités mais il n'y a pas de problèmes avec les Flamands et les Hollandais !

Sur les 136 emplacements que compte le domaine – dont seulement une vingtaine pour les tentes – une centaine sont occupés par des habitués : à l'année, leur emplacement leur revient un bon 500 euros, « soit ce que leur coûterait le remisage de leur caravane », estime Eric Mestrez, directeur du domaine de Wégimont. Pour les clients de passage, une famille avec tente et enfants paye une dizaine d'euros par jour seulement… La grande majorité des campeurs proviennent du grand Liège, et 90 % d'entre eux sont Belges. Ceux qui viennent pour une nuit constituent parfois l'animation du jour, « comme cette dame qui faisait Compostelle avec son âne, la semaine dernière », se souvient cet habitué. L'âne a dormi sur la parcelle de la pèlerine, et au petit matin il a réveillé le camping.

Josiane et Hubert Delclisard, couple de pensionnés de Heusy, sont au camping chaque année depuis vingt-deux ans, de Pâques à septembre. « Nous avons un appartement, et on aime avoir un petit peu d'air », confie Hubert. Le jardinet face à la caravane n'est pas grand, mais hypersoigné : chemin de dalles pour arriver à la caravane, chalet pour remiser la tondeuse, télé dans l'auvent et télé à l'intérieur pour contenter les petits enfants. « On est bien ici », résument Josiane et son petit-fils Victorien, 10 ans.

Entrer dans le camping de Wégimont, c'est pénétrer dans un petit monde à part, dans un lieu qui a des airs de club de vacances en version addition allégée, accent liégeois… et météo du plat pays. Ici, promettent les campeurs, même sous la pluie il n'y a pas de place pour l'ennui.