Succès de foule aux septennales

MELANIE GEELKENS

jeudi 16 août 2012, 10:16

Huy. Les septennales, tradition perpétuée depuis le 17e siècle, ont cloturé les festivités du 15 août. Au programme: du monde, du soleil, des figurants en costume d'époque et... Anne-Marie Lizin.

Succès de foule aux septennales

Le défilé, composé de quelque 450 figurants, raconte l’histoire de la ville de Huy depuis la lutte entre Romains et Germains au 3e siècle jusqu’à nos jours © Elodie ledure

La foule s'étend, massée contre des barrières Nadar, du haut de la rue Entre deux portes jusqu'au bout de l'avenue des Ardennes. Ceux qui prédisaient une affluence de 100.000 personnes ne se sont sans doute pas trompés. Le soleil tape, la chaleur est moite, mais les Hutois sont là. « Je suis née lors d'une septennale, glisse une dame parmi le public. Alors je n'en rate jamais aucune ! »

Si Liège a sa procession de la Vierge noire et l'enterrement de Mati L'Ohé, la Ville de Huy, quant à elle, a son cortège septennal pour célébrer la Vierge de la Sarte lors des festivités du 15 août. « À la base, il s'agit d'une fête religieuse, mais qui est désormais devenue un succès de foule, raconte l'abbé Michel Teheux, organisateur du cortège religieux. Les Hutois y sont attachés, ils aiment que le cortège passe dans leur rue. C'est devenu une tradition. »

Ce défilé, composé d'environ 450 figurants, raconte l'histoire de la ville depuis la lutte entre Romains et Germains au 3ème siècle jusqu'à nos jours, en passant par le Prince-évêque Théoduin de Bavière, Charles Quint, le père Dominique Pire… Et, pour terminer, la statue de Notre-Dame de la Sarte qui fut découverte au 17ème siècle par Anne Hardi.

Cette jeune femme, en ramassant du bois, aurait découvert la statue et aurait voulu l'emporter dans son fagot. Mais son fardeau étant inexplicablement devenu trop lourd, elle décida de laisser la vierge là où elle l'avait trouvée, près du Mont du Sart. Plus tard, face à une sécheresse sans précédent, les habitants décidèrent de descendre la statue en ville et la légende raconte que, dès cet instant, la pluie se serait mise à tomber abondamment. Depuis lors, les Hutois ont donc juré de célébrer dignement Notre-Dame tous les sept ans…

Cela dit, dans le public, beaucoup semblent ignorer cette légende. Mais les chevaux, chiens-loups, jongleurs, cracheurs de feu et autres figurants en cottes de maille, robes anciennes et collants qui défilent pendant plus d'une heure et demie ne manquent pas de provoquer les applaudissements.

Mais celle qui se fait le plus remarquer, c'est Anne-Marie… Lizin, en retrait derrière le groupe réuni sous la banderole « autorités communales », serrant des mains au fil des « T'as vu, c'est Anne-Marie ! » « Elle est venue… », éclipsant au passage la présence du bourgmestre et des échevins. C'est sûr : des septennales qui riment avec prochaines élections communales, ça n'arrive pas tous les (sept) ans…