Le mayeur en correctionnelle ?

NICOLAS DRUEZ

mardi 24 avril 2012, 09:13

André Hubert a été inculpé dans le cadre de l'attribution de marchés publics. Il entend achever son mandat à la tête de la commune.

Le mayeur en correctionnelle ?

André Hubert (ici, à droite, en présence du ministre Jean-Claude Marcourt) veut se présenter comme tête de liste CDH © N Druez

A quelques mois des élections communales, le climat risque d'être encore un peu plus pesant, à Gouvy. Le parquet de Marche-en-Famenne demande le renvoi devant le tribunal correctionnel du bourgmestre CDH, André Hubert, et d'une employée communale. Ils comparaîtront le 15 mai en chambre du conseil. Il appartiendra à cette instance de statuer sur le renvoi ou non des intéressés.

IL A DIT

« Dans ce dossier, j'ai juste été interrogé et j'ai appris par courrier la comparution en chambre du conseil. Je ne connais pas encore les chefs d'inculpation. Si j'ai fait une erreur, c'est possible et probable.

Mais il n'y a jamais eu d'objectif de me mettre de l'argent en poche. Je n'ai jamais eu l'intention de profiter financièrement de la commune. Je pense que cela devient une habitude dans le chef de la justice de renvoyer tout le monde devant un tribunal. C'est une évolution du système.

C'était le choix de la minorité de donner cette orientation à cette histoire en déposant une plainte. Je persiste en disant qu'il s'agit d'une attitude démesurée.

On essaie de m'abattre, non pas en courant plus vite que moi, mais en me faisant trébucher. Je n'ai pas l'intention d'effectuer un pas de côté sur le plan politique. »

André Hubert, bourgmestre CDH de Gouvy

Si la justice a choisi de se pencher sur ce dossier, c'est à la suite d'une plainte déposée au civil par la minorité Union, en mai 2010. Ses membres s'étonnaient de l'achat, par la commune, de grandes quantités de bois sciés. Plusieurs factures des années 2009 et 2010 ont interpellé les conseillers. Ces marchés ne transitaient pas par le conseil communal et étaient effectués, selon Union, sans appel d'offres. En outre, les commandes étaient passées, pour une grande partie – plus de 35.000 euros, auprès de la société d'André Hubert, exploitant forestier. « C'est illégal », clame, depuis près de deux ans, la minorité.

Le débat autour de la table du conseil communal a changé, avec le dépôt de la plainte. Le groupe Union se mure dans le silence, en attendant de connaître l'issue judiciaire. Une première étape a donc été franchie, en ce début de semaine. Le bourgmestre est inculpé de faux, usage de faux, abus de confiance, prise d'intérêt dans le cadre de sa fonction publique et infraction à la législation sur les marchés publics. L'employée communale devra également s'expliquer sur plusieurs chefs d'inculpation : faux, usage de faux et infraction à la législation sur les marchés publics.

Sur le plan politique, André Hubert a l'intention d'achever son mandat et de se présenter comme tête de liste. Il est de toute façon peu probable, s'il est renvoyé en correctionnelle, de voir une première décision judiciaire tomber avant les élections communales. Dans le chef du CDH, le comité de déontologie a déjà réagi. Il entendra « dans les meilleurs délais » André Hubert. « Il bénéficie de la présomption d'innocence, mais le comité souhaite être au plus tôt éclairé sur l'attitude du mandataire par rapport aux accusations dont il est l'objet. Si les faits devaient être confirmés par des décisions de justice, il va de soi qu'il serait exclu du CDH », écrit le comité de déontologie, dans un communiqué.