Premier scandale au coup d’envoi des JO

Rédaction en ligne

jeudi 26 juillet 2012, 06:07

Le football féminin a donné le coup d’envoi des JO ce mercredi à Cardiff, au pays de Galles. Le dernier match a commencé avec une heure de retard à cause d’une erreur de drapeau.

Premier scandale au coup d’envoi des JO

©Reuters

Les Jeux ont donc commencé, deux jours avant d’être officiellement ouverts, vendredi soir, au stade olympique de Stratford, par la reine Elizabeth II.

À 16h00 heure locale, ce mercredi, sur une pelouse plus habituée au ballon ovale, c’est l’Anglaise Anita Asante qui est entrée dans l’histoire comme celle qui a lancé les Jeux de Londres en étant la première à toucher le ballon, dans ce match inaugural du tournoi de football féminin.

Et la Grande-Bretagne a entamé ses Jeux par une victoire, la joueuse britannique ayant battu la Nouvelle-Zélande 1-0 en match d’ouverture du tournoi.

Stephanie Houghton, une joueuse d’Arsenal, a inscrit l’unique but de la rencontre à la 64e minute.

Les Bleues ont cru à l’exploit face aux USA

Bien que menant de deux buts après un quart de jeu, l’équipe de France a manqué son entrée dans le tournoi olympique féminin en s’inclinant (4-2) face aux tenantes du titre américaines.

Les Tricolores, demi-finalistes de la dernière Coupe du monde, ont pu croire à l’exploit en ouvrant le score, puis en doublant la mise en deux minutes (12e et 14e) grâce à Gaëtanne Thiney puis Marie-Laure Delie (14e). Mais, revenues à la marque à la pause (2-2) après des buts d’Abby Wambach (19e) et Alex Morgan (32e), les championnes olympiques ont fait la différence en seconde période sur un but de Carli Lloyd (56e) puis le doublé d’Alex Morgan (66e) En quête d’un triplé historique après leur titre olympique de 2004 et 2008, les Américaines dominaient le début de rencontre. Ce sont pourtant les Françaises qui ouvraient le score. Sur une balle renvoyée sur elle par la défense américaine, Gaëtane Thiney décochait une frappe qui se logeait dans la lucarne de Hope Solo (12e).

Les Bleues enfonçaient vite le clou. Suite à un corner, la défense américaine n’arrivait pas à se dégager et Marie-Laure Delie venait fusiller Solo (14e).

Les Françaises semblaient bien parties pour prendre leur revanche de la demi-finale du Mondial 2011 (1-3) mais les Américaines se relançaient rapidement grâce à Abby Wambach qui réduisait le score de la tête à la réception d’un corner (19e).

L’égalisation américaine survenait un peu plus tard sur une faute de placement de la défense bleue qui laissait Alex Morgan seule face à la gardienne tricolore Sarah Bouhaddi qu’elle trompait d’un lob du pied gauche (32e).

Les Américaines s’imposaient physiquement en début de seconde période et, d’une frappe à vingt mètres, Carli Lloyd plaçait son équipe aux commandes pour la première fois du match (56e). Puis, suite à une longue ouverture côté gauche suivi d’un centre parfait, Alex Morgan signait un doublé (66e).

Une erreur de drapeau retarde le match Colombie – Corée du Nord

Le coup d’envoi du match du tournoi de football dames des jeux Olympiques entre la Colombie et la Corée du Nord à Glasgow a été donné avec plus d’une heure de retard en raison d’un problème autour du drapeau nord-coréen.

Initialement prévu à 19h45, le coup d’envoi a été retardé après le refus des joueuses nord-coréennes de débuter la rencontre lorsqu’elles se sont aperçu que le drapeau présenté à côté de leurs photos sur les écrans géants du stade était en fait le drapeau sud-coréen.

« L’erreur de drapeau a été un gros problème », a indiqué le sélectionneur de la Corée du Nord Sin Ui-gun M. Sin après le succès de son équipe (2-0).

« Nous étions en colère parce que nos joueuses ont été présentées comme si elles étaient de Corée du Sud, ce qui est quelque chose qui touche beaucoup comme vous le savez sûrement », a-t-il poursuivi.

« Notre équipe n’allait pas jouer sans que ce problème soit corrigé. La correction est intervenue et nous avons décidé de jouer, a-t-il ajouté. La victoire ne peut pas effacer (ce problème), c’est quelque chose de différent. Nous espérons que cela ne se répétera pas. »

Responsable des incrustations sur les écrans, le comité d’organisation (LOCOG) s’est confondu en excuses, après cette maladroite bévue.

May (avec AFP)