Pourquoi n'y a-t-il plus de pistolet au départ des courses d'athlétisme  ?

PATRICIA LABAR

samedi 04 août 2012, 17:54

Depuis toujours le départ (starter) des courses d'athlétisme se fait par une arme chargée à blanc. A Londres, le pistolet a été remplacé par un bip électronique.

Pourquoi n'y a-t-il plus de pistolet au départ des courses  d'athlétisme  ?

© Reuters

Lors du départ d'une course, le fameux « starter » est traditionnellement donné par un pistolet chargé à blanc. Au Jeux de Londres, ce sont des pistolets fictifs ressemblant à de grosses agrafeuses rouges qui donnent le départ des épreuves d'athlétisme. Les officiels ont cherché à augmenter la vitesse de ce coup afin que les athlètes partent tous au même moment, et qu'une égalité parfaite soit ainsi garantie.

En effet, des experts ont constaté que les coureurs qui se situent dans les couloirs 1 et 2, au plus proche du juge qui tire au pistolet, partent plus rapidement que leurs adversaires, dont le temps de réaction est plus lent car ils sont plus loin. L'ordre de grandeur de cette différence n'est que millisecondes mais aux JO et qui plus est au 100 m, ça peut faire une énorme différence.

À Londres, Omega, la société officielle de chronométrage, a adopté une tout autre approche et a décidé de supprimer les pistolets traditionnels par de faux starters, aux allures d'agrafeuses. Le départ est donné par un bip électronique joué via des enceintes disposées dans chaque couloir, au plus proche des coureurs.