100 m : le roi Bolt face à « la bête » Yohan Blake

PHILIPPE VANDE WEYER

dimanche 05 août 2012, 13:26

C’est ce soir que se déroulera le 100 m, épreuve reine de l’athlétisme. Grand favori de l’épreuve, l’homme le plus rapide du monde, Usain Bolt, a pourtant quelques soucis à se faire depuis un début de saison très mitigé et l’émergence d’un nouveau champion : Yohan Blake.

100 m : le roi Bolt face à « la bête » Yohan Blake

©AFP

Depuis quelques mois, l’homme le plus indispensable de l’athlétisme mondial a eu quelques ratés. Les premiers sont apparus lors de la finale du 100 m des Mondiaux 2011, à Daegu, avec ce faux départ qui cachait peut-être un excès de nervosité face à l’assurance de son jeune rival et équipier Yohan Blake. Puis, cette année, il a d’abord couru le 100 m le plus catastrophique de sa carrière professionnelle, à Ostrava, à la fin mai, en 10.04, son premier chrono au-dessus des 10 secondes depuis trois ans. Et, lors des sélections olympiques jamaïquaines, il a dû mettre les pouces face à la fougue de Blake. Qui l’a forcé à rentrer dans sa tanière, à se faire traiter le dos, et à travailler d’arrache-pied, sans plus sortir en compétition, pour être fin prêt pour la défense de ses trois titres de Pékin.

Aujourd’hui, celui que l’on surnomme « La foudre » est sûr de son fait. « A chaque séance d’entraînement, je me suis amélioré, affirme-t-il. Je n’ai plus aucun souci. Tout ce que je fais, c’est m’entraîner, manger et dormir. » « Mon heure est venue », assure-t-il. L’heure de la légende, si, comme il l’espère, il parvient à conserver ses couronnes conquises en 2008. Mais cela risque de ne pas être aussi simple…

« Faites attention à Yohan Blake »

Flashback. Lors d’une émission à la télévision jamaïquaine, peu de temps après son triomphe de Pékin, quand on lui avait demandé s’il voyait quelqu’un capable un jour de venir le chatouiller, il avait répondu : « Faites attention à Yohan Blake. Il travaille comme une bête. » Le surnom est resté. Et Blake qui, à l’époque, n’avait que 18 ans et n’avait pas été sélectionné pour Pékin, a, de fait, bien grandi. A force d’en vouloir, il est aujourd’hui le rival le plus sérieux du roi Bolt avec qui il partage, d’ailleurs, le même entraîneur.

Homme de peu de mots, Blake, 22 ans, préfère laisser parler ses jambes. Celles-ci l’ont porté, l’an dernier vers son premier grand titre, sur 100 m, aux Mondiaux de Daegu, où il était devenu le plus jeune champion du monde de l’histoire sur la distance. Un exploit qu’il allait doubler, quelques jours plus tard, au Mémorial Van Damme, d’une véritable déflagration en remportant le 200 m du meeting bruxellois en 19.26, le deuxième temps de l’histoire, à 7 petits centièmes des 19.19 de Bolt réussis à Berlin. Bolt qui, au même moment, était encore en train de célébrer sa victoire sur 100 m en 9.76, le meilleur temps de l’année. Un choc avant l’autre.

Yohan Blake, qui préfère jouer aux dominos que de fréquenter les boîtes de nuit, a placé d’autres pions cette saison en battant Bolt à deux reprises aux sélections jamaïquaines. Et plus que celle sur 100 m en 9.75, c’est sa victoire sur 200 m qui a frappé les imaginations. Car si on savait que l’avance qu’il prend au départ sur son équipier sur la distance la plus courte peut être décisive, sur le double hectomètre, en revanche, on pensait que Bolt avait de la marge. Pourtant, après être sorti en tête du virage, il a vu Blake le passer à quelques mètres de la ligne pour s’imposer en 19.80, 3 centièmes de mieux que lui.

« J’essaie de ne pas penser à cette rivalité. Je me concentre sur moi et sur ce que je fais, a-t-il dit cette semaine quand on lui a parlé de Bolt. Ma philosophie, c’est que le ciel est ma seule limite. J’ai toujours voulu aller aux Jeux. C’est le rêve de tout le monde. Je n’ai pas de message pour Usain Bolt. C’est une bonne personne. Je ne me focalise pas sur lui. » Il a d’ailleurs annoncé qu’il lui laissait volontiers ses records du monde. « Battre des records, ça ne m’intéresse pas en ce moment. Mon objectif, ce sont des médailles olympiques. »

Voilà le roi Bolt prévenu. Alors, « la foudre » ou « la bête » ? Réponse ce soir, 22h50.