JO : Arnaud Dubois (BMX) termine 27e du chrono (live)

VINCENT JOSEPHY

mercredi 08 août 2012, 17:41

Discipline très récente aux Jeux et finalement assez peu connue, le BMX. Le Belge Arnaud Dubois participe dès aujourd’hui aux qualifications. Découverte.

JO : Arnaud Dubois (BMX) termine 27e du chrono (live)

Arnaud Dubois © Belga

L’information d’abord : le Belge Arnaud Dubois a terminé 27e (sur 32 engagés) des qualifications qui déterminent les groupes pour les quarts de finale.

Et maintenant, soyons mauvaises langues. Allez, avouez. Bien peu d’entre vous savaient que le BMX, dont les qualifications débutent aujourd’hui sur le coup de 16h40, était une discipline olympique. Le BMX, dans l’inconscient collectif, c’est un petit vélo tout terrain réservé aux enfants un peu casse-cou, adeptes de la nature et des sensations fortes, peut-être aussi. Un apprentissage pour le VTT « pour grands », en quelque sorte.

En fait, assez étonnamment, le BMX garde toutefois ses adeptes dans le monde des adultes et, depuis les Jeux de Pékin, il y a seulement quatre ans, il est devenu une discipline olympique à part entière. L’occasion, pour vous comme pour nous, de partir à la découverte des spécificités de ce sport méconnu.

En quoi cela consiste-t-il ?

Abréviation de « bicycle motocross », le BMX est un sport assez technique, qui nécessite à la fois de la coordination, de la souplesse et de la puissance pour franchir les obstacles disséminés sur la piste, longue de 400 mètres environ (470 pour les hommes, 430 pour les femmes). A Londres, pas moins de 14.000 m³ de terre ont été nécessaires à la construction de la piste, juste à côté du vélodrome. Lors de chaque course, huit concurrents s’affrontent sur une piste bosselée pleine de virages, à la limite de l’équilibre, ce qui offre un rendu spectaculaire puisque les concurrents peuvent atteindre des vitesses de 60 kilomètres/heure en fin de parcours tout en se « frottant » régulièrement !

Concrètement, 48 concurrents (32 hommes, dont un Belge, et 16 femmes) sont présents à Londres dès les éliminatoires, prévus aujourd’hui. Chez les hommes, on débutera ce mercredi par un « run » préliminaire unique, non éliminatoire, visant à désigner les têtes de séries pour les quarts de finale. Ces quarts seront disputés sur trois manches, jeudi (16h) et désigneront à leur tour les huit premiers qualifiés sur trois manches, puis les huit derniers qualifiés, sur cinq manches cette fois. Ensuite suivront les demi-finales à seize (sur trois manches) et la finale à huit (en une seule manche), vendredi. Le Français Joris Daudet sera le grandissime favori chez les hommes.

Arnaud Dubois, tout sauf un kamikaze

Rayon belge, on suit avec attention les prestations de notre unique représentant, Arnaud Dubois. Agé de 26 ans et originaire de Theux, dans la région liégeoise, ce multiple champion de Belgique (il a déjà… 18 titres à son palmarès) réfute l’image de kamikaze que certains ont de lui, et de son sport qu’il défend avec brio.

« Je n’aime pas trop ce terme de kamikaze », expliquait-il, il y a quelques jours, avant son départ pour Londres. « Je peux vous assurer que celui qui fonce tête baissée ne finit pas le tour. Par contre, j’adore l’adrénaline que me procure cette discipline. C’est un sport extrême qui implique évidemment des accidents (NDLR : il a déjà souffert de plusieurs fractures et commotions) mais, contrairement à d’autres disciplines du cyclisme, je n’ai jamais entendu qu’il y avait eu un mort en BMX. Beaucoup de gens nous prennent pour de grands fous sur un petit vélo. Ce n’est Évidemment pas exact. »

Son ambition majeure, en plus de faire connaître son sport dans un pays qui ne compte que 800 ou 900 membres affiliés, est d’entrer en finale à huit. « Le BMX est tellement aléatoire qu’on ne peut jamais être sûr de rien mais je pense avoir le potentiel pour y parvenir », affirmait-il mardi à quelques heures de son entrée en piste. On ne demande qu’à le croire…