Athlétisme : Sally Pearson au meeting de Nivelles le 23 juin ?

PHILIPPE VANDE WEYER

lundi 26 mars 2012, 22:37

La meilleure athlète féminine du moment, l’Australienne Sally Pearson, courra-t-elle sur 100 m haies au meeeting EAP de Nivelles le 23 juin ? Sa manager a proposé ses services à Noël Levêque, le patron de la réunion. Il n’ose pas trop y croire… Par Philippe Vande Weyer

Athlétisme : Sally Pearson au meeting de Nivelles le 23 juin ?

DR

À quelques jours près, c’est sûr, on aurait crié au poisson d’avril… Ce lundi midi, en ouvrant sa boîte électronique, Noël Levêque, le président du Cercle Athlétique du Brabant wallon (CABW) et organisateur du meeting EAP de Nivelles, a failli s’évanouir en découvrant la plus improbable des requêtes : un mail signé Maurie Plant, la manager de l’Australienne Sally Pearson, lui demandant s’il était intéressé par la venue de sa protégée au Parc de la Dodaine le 23 juin prochain !

Sally Pearson, ce n’est pas n’importe qui ! L’an dernier, elle avait été couronnée meilleure athlète féminine de l’année par la Fédération internationale (IAAF) aux côtés d’Usain Bolt. Un triomphe logique après son titre sur 100 m haies aux Mondiaux de Daegu en 12.28, à 7 centièmes du record du monde de la Bulgare Yordanka Donkova, datant de 1988, et une saison presque parfaite puisqu’elle était restée invaincue… jusqu’à sa dernière course, au Mémorial Van Damme, où une chute l’avait empêchée de remporter la Diamond League. Cet hiver, elle a remis ça en s’imposant sur 60 m haies aux Mondiaux indoor d’Istanbul en 7.73. Et on ne voit pas très bien qui pourrait lui barre la route de l’or olympique à Londres dans quatre bons mois…

« La demande paraît sérieuse, affirme Noël Levêque. Elle se justifie par le fait que Pearson viendra très tôt en Europe en vue des JO et qu’à la date de notre meeting, qui a lieu trois jours avant le début des championnats d’Europe d’Helsinki, il n’y en a pas vraiment d’autres dans la région. Évidemment, sa manager m’a également demandé de lui faire une proposition financière. Je lui ai répondu que j’étais très honoré de sa demande, mais que nous avions un très petit budget (25.000 euros) et que nous ne pouvions pas nous permettre de frivolités ! Pour une athlète de ce niveau, il faut compter un minimum de 10.000 euros de prime à la signature, ce qui est évidemment impossible pour nous, même si j’ai sans doute un sponsor prêt à nous aider pour « remplir » certaines épreuves. Dans l’histoire de notre meeting, il faut savoir que nous n’avons jamais payé personne. Nous réglons évidemment leur déplacement et leur séjour, il y a des (petites) primes à la performance, mais cela s’arrête là. »

Pendant quelques jours, Noël Levêque, qui est également connu comme consultant athlétisme à la RTBF, va certainement scruter avec une certaine nervosité sa boîte mail. « Je préfère ne pas trop y croire…, avoue-t-il pourtant. Je nous donne 10 % de chances. »