Kevin Rans range définitivement sa perche

Rédaction en ligne

mardi 17 avril 2012, 07:57

Le sauteur à la perche Kevin Rans, 29 ans, a décidé de mettre un terme à sa carrière d’athlète. L’Anversois est détenteur du record de Belgique (5m71).

Kevin Rans range définitivement sa perche

Kevin Rans, © Belga

Kevin Rans, détenteur du record de Belgique de la perche conjointement avec Thibaut Duval (5m71), se dit fatigué physiquement et mentalement par l’affaire de dopage qui l’a longtemps poursuivi.

« J’ai été injustement accusé de dopage et depuis lors je ne me suis plus jamais senti heureux sur une piste d’athlétisme. Outre l’influence sur ma vie privée, cela m’a aussi changé en tant qu’homme. Partout où j’allais, je me sentais montré du doigt. Si l’on n’est pas bien dans sa tête, cela influe sur les performances sportives et inversement », selon Rans.

Tout avait commencé avec un contrôle positif aux corticoïdes lors de l’Euro en salle de Turin en 2009. À la suite d’une longue procédure, le miltaire de carrière avait été blanchi par le tribunal antidopage flamand le 23 décembre de la même année parce qu’il avait pu démontrer que son contrôle positif était le résultat de la contamination par un pharmacien de pilules de caféine. Mais pour l’IAAF, l’athlète avait toujours l’entière responsabilité de ce qui se retrouvait dans son corps et le suspendait pour trois mois en mai 2010, annulant tous ses résultats depuis mars 2009, dont un record de Belgique porté à deux reprises à 5m71, que l’athlète considère pourtant toujours comme ses meilleures performances jamais réalisées.

La non-reconduction de son contrat de sportif de haut niveau à la Défense n’est qu’une raison supplémentaire pour Rans de s’arrêter à quelques mois des Jeux.

« Le chemin pour Londres aurait été un trop gros investissement, tant financièrement que physiquement. Après ces années de sport intensif, mon corps est usé. Lorsque je me lève le matin, j’ai mal partout. Je dois à chaque fois surmonter la douleur pour m’entraîner. La garantie d’une qualification pour Londres est trop minime que pour encore souffrir durant les prochains mois », a conclu l’athlète du VAC, qui cite sa participation aux JO de Pékin (où il échoua en qualifications) et sa place en finale des Mondiaux d’Helsinki (2005) et Berlin (2009) comme ses meilleurs souvenirs.

(Belga)