British Open : Colsaerts s’effondre

Rédaction en ligne

samedi 21 juillet 2012, 08:29

Très mauvais 2e tour pour Nicolas Colsaerts à Lytham & St Annes : 2e jeudi, il a dégringolé à la 51e place mais franchit le cut. Avec un total de 142, le Bruxellois est à 12 coups du leader, l’Américain Brandt Snedeker

British Open : Colsaerts s’effondre

Brandt Snedeker © AP

Deuxième, ex aequo, jeudi soir après le premier tour du 141e British Open, troisième des quatre tournos du Grand Chelem, Nicolas Colsaerts a plongé à la 51e place du classement général vendredi à l’issue du 2e tour sur le parcours du Royal Lytham & St Annes.

Le Bruxellois qui avait rendu une carte de 65 (-5) jeudi n’a pu faire mieux que 77 (+7) vendredi. Il compte désormais un total de 142, 2 au-dessus du par. Suffisant toutefois pour passer le cut.

Le début de journée de Colsaerts fut catastrophique. Il a concédé un bogey (+1) au 2e et un autre au 3e trou. Il a ensuite encaissé un triple bogey (+3) au 7e et un nouveau bogey au 12, par un birdie au 13. Deux nouveaux bogeys au 17 et 18 ternissaient sa seconde moitié de parcours.

Deux records pour Snedeker

Tiger Woods a terminé la deuxième journée de l’Open britannique en embuscade à la troisième place, à quatre coups d’un autre Américain, l’étonnant Brandt Snedeker, qui a égalé deux records d’un seul coup vendredi à Lytham, en Angleterre.

Snedeker a pris seul la tête grâce à une carte de 64, soit la meilleure jamais rendue sur le parcours du Royal Lytham and St Annes (par 70). Avec un score de 130, soit dix coups sous le par, il a aussi égalé le record du meilleur total après deux jours de compétition dans l’histoire du tournoi.

L’Américain, qui n’avait même pas passé le cut lors de ses trois précédentes participations à l’Open britannique, n’a pas encore envoyé sa balle dans un bunker, ni concédé de bogey en 36 trous, ce qui n’était pas arrivé dans un Grand Chelem depuis la victoire de Tiger Woods à St Andrews il y a douze ans.

Snedeker (31 ans) devance désormais d’un coup l’Australien Adam Scott, auteur lui aussi d’un 64 la veille et encore efficace vendredi avec une carte de 67.

Woods en embuscade

Woods a quand même réussi à voler la vedette à son compatriote en faisant un superbe birdie, son quatrième du jour (contre un bogey) au 18e et dernier trou de la journée après être sorti d’un bunker, pour terminer lui aussi en 67.

« Ce n’était pas aussi difficile que ça en avait l’air », a commenté l’Américain, à la recherche de sa première victoire en Grand Chelem depuis quatre ans, et de sa quinzième au total.

Les deux cartes de 67 rendues par Woods ont tout pour le mettre en confiance. Les sept dernières fois qu’il a réussi à boucler les deux premiers parcours d’un tournoi majeur en moins de 70, il a remporté la victoire finale.

« Je suis très content de ma position. Nous sommes à mi-chemin et je suis à la bagarre », a-t-il déclaré, assez prudent, car il n’oublie pas qu’il était en tête de l’US Open après deux tours au mois de juin, avant de craquer.

Le Norvégien Thorbjorn Olesen est remonté à la quatrième place, à cinq coups du leader, en réussissant le deuxième meilleur score du jour, une carte de 66.

A un coup derrière lui, se trouve un quintette composé de l’Ecossais Paul Lawrie, des Américains Matt Kuchar et Jason Dufner, du Nord-Irlandais Graeme McDowell et du Sud-Africain Thomas Aiken.

Comme Colsaerts, Le Nord-Irlandais Rory McIlroy, nº 2 mondial, figure parmi les battus du jour avec un très décevant 75 et les Américains Steve Stricker (71), Bubba Watson (73) et Zach Johnson (74).

Le tenant du titre, le Nord-Irlandais Darren Clarke, n’a pas passé le cut, pas plus que l’Américain Phil Mickelson.

(D’après Belga et AFP.)